L’annonce de l’arrêt de la collecte de la SCPI Pierval (Pierrepapier.fr du 19 août) avait surpris. Jean-Jacques Olivié, président du conseil d’administration d’Euryale Asset Management, la société de gestion de cette SCPI, apporte les éclaircissements nécessaires.

Pour comprendre cette décision, explique-t-il, il faut revenir un peu en arrière, à la naissance de Pierval. A l’origine, la SCPI s’appelait Elience Pierval et sa société de gestion s’appelait Elience Asset Management. Mais la note d’information prévue par la loi n’avait obtenu le visa de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) que le 1er juillet. Le temps d’obtenir la publication au BALO (Bulletin des annonces légales obligatoires), le 20 août  2010, puis d’organiser la commercialisation avec les CGPI (conseillers en gestion de patrimoine indépendants), la fin de l’année approchait dangereusement ; or, cette SCPI fiscale devait impérativement terminer sa collecte au 31 décembre 2010, pour bénéficier des règles fiscales en vigueur cette année-là.  La décision a donc été prise de ne pas collecter de fonds en 2010 et de repartir en 2011 avec une nouvelle SCPI Pierval, gérée par une nouvelle société, Euryale Asset Management.  La note d’information sur cette nouvelle version de la SCPI a obtenu le visa de l’AMF le 21 décembre 2010.

Or, explique Jean-Jacques Olivié, la question s’est posée de savoir comment serait respectée la règle qui veut que la première augmentation de capital ait lieu dans un délai d’un an maximum après la date d’ouverture de la souscription et qu’elle s’élève à 15 % au moins du capital maximum de la SCPI.  Fallait-il retenir la date initiale d’ouverture de la souscription le 30 août 2010 ou considérer que la souscription n’a  effectivement été ouverte qu’en janvier 2011? En accord avec l’AMF, pour éliminer tout risque d’interprétation, il a été décidé  lors d’une assemblée générale extraordinaire le 18 juillet de limiter le capital maximum à 1,2 million, ce qui a permis de respecter la règle, mais a contraint  à arrêter  la souscription à ce niveau.  Cette décision a fait l’objet d’une publication au BALO le 19 août. Ensuite,  une autre assemblée générale extraordinaire, le 9 août, a donné son feu vert au lancement d’une seconde augmentation de capital, qui permettra à la SCPI d’arriver comme prévu  au montant de 25 millions. Un avis de publication doit être publié dans les tout prochains jours au BALO. L’intervalle de temps entre les deux augmentations de capital doit permettre d’investir, selon les règles, 75 % des sommes recueillies lors de la première opération.

Ainsi, l’arrêt de la souscription  n’aura été que momentané. M. Olivié se montre confiant : la collecte est bonne sur Pierval et Euryale AM a d’autres projets dans ses cartons.

Pierrepapier.fr >> actualité >> SCPI