Les foncières ont fortement rebondi en janvier. Laurent Saint Aubin, gestionnaire actions spécialiste de l’immobilier européen chez Sofidy, s’attendait à ce rattrapage qu’il annonçait dès le mois dernier. Il pense aujourd’hui que la surperformance relative du secteur va se poursuivre dans les mois à venir.

Le fort rebond en janvier des foncières cotées (+10,2% pour l’indice de référence) qui ont largement surperformé le marché des Actions (hausse de +5,5% de l’Euro Stoxx 50) ne constitue pas à nos yeux un signal de sortie. Nous sommes convaincus au contraire que la surperformance du secteur va se poursuivre dans les mois à venir.

Momentum négatif sur la croissance

La hausse de l’immobilier coté s’explique logiquement par un momentum négatif sur les perspectives de croissance (la commission européenne a ainsi abaissé sa prévision de croissance en zone euro à 1,3% pour 2019 vs 1,6% précédemment attendus) et une révision à la baisse des estimations d’inflation (+1,4% anticipés pour cette année vs +1,8% auparavant) qui a conduit à un changement notable de ton de la part des banques centrales qui sont revenues à un discours très accommodant. Les incertitudes quant au résultat des négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis et les risques politiques en Europe ont favorisé un retour des taux sans risque (Le Bund allemand 10 ans avoisine 0,1%, soit un taux négatif voisin de 1,4%) à des niveaux jamais observés depuis novembre 2016.

Bon niveau de visibilité

Dans cet environnement, le bon niveau de visibilité dont bénéficient les foncières en termes d’activité (cinq à sept ans en moyenne sur les baux) et l’effet positif de l’indexation sur les loyers qu’elles perçoivent constituent un avantage structurel. La relation entre les valorisations immobilières et les taux sans risque (« la prime de risque ») constitue également un élément de soutien, compte tenu de l’écart historique entre les deux : la foncière de commerces Klépierre a ainsi publié un ANR EPRA de 40,5 euros quasi stable (+2,3%) sur 2018 fondé sur un taux de capitalisation (5,2% d’«Exit rate») qui laisse ressortir une prime de risque confortable de 4,6%, d’autant qu’elle est violemment accentuée par la décote sur ANR du cours de bourse (26% de décote au 31 janvier).

Laurent Saint Aubin 


A propos de Laurent Saint Aubin

Laurent Saint Aubin a débuté sa carrière en 1986 comme analyste financier à la Banque de l’Union Européenne avant de rejoindre la société de Bourse Ferri puis le CCF. Il a été ensuite Directeur Général d’ING France Securities en charge des activités de marché Actions à Paris, puis, à compter de 2006, responsable des activités de vente et de recherche sur l’immobilier coté au sein du groupe Aurel BGC. Membre de la SFAF, il a reçu en 2012 le trophée du meilleur analyste des sociétés d’investissement immobilier cotées (SIIC). Depuis 2014, il gère le FCP Sofidy Sélection 1, où il développe une gestion discrétionnaire visant à « surperformer, via une exposition aux actions du secteur immobilier de l’Union européenne, l’indicateur de référence FTSE EPRA/NAREIT Euro Zone Capped dividendes nets réinvestis ».

A propos de Sofidy

Depuis 1987, Sofidy conçoit et développe des produits d’investissement et d’épargne (SCPI, OPCI, SIIC, Société Civile, OPCVM Immobilier, Fonds dédiés) orientés principalement vers l’immobilier de commerces et de bureaux. Premier acteur indépendant sur le marché des SCPI avec plus de 5,1 milliards d’euros sous gestion, Sofidy est un gestionnaire de référence dans le paysage de la gestion d’actifs immobiliers en France et en Europe. Agréée par l’AMF, Sofidy est régulièrement distinguée pour la qualité et la régularité des performances de ses fonds. Sofidy gère pour le compte de plus de 50 000 épargnants, et un grand nombre d’institutionnels, un patrimoine immobilier constitué de plus de 4 200 actifs commerciaux et de bureaux. Sofidy est une filiale du groupe Tikehau Capital