Frey accroit l’effet de levier de ses fonds sans avoir à remettre au pot

greenLa foncière a obtenu que ses deux partenaires AG REAL ESTATE et CREDIT AGRICOLE ASSURANCES portent la capacité d’investissement totale des fonds, de 200 à 300 millions d’euros, avec une éventuelle extension à 400 millions d’euros.

Le développement des sociétés foncières passe par une mobilisation de capitaux. Les fonds propres sont chers et la dette levée auprès des banques ou du marché obligataire a ses limites. Reste l’effet de levier procuré par des fonds auxquels sont associés des partenaires financiers externes. Ils supposent malgré tout un sponsoring actif des foncières gérant ces fonds, ce qui se traduit par un engagement financier aux côtés des partenaires. Toutefois, si ceux-ci ont confiance dans le projet du fonds dédié, ceux-ci pourront remettre au pot sans que la foncière sponsor du fonds soit contrainte de les accompagner dans leur effort supplémentaire. C’est bien ce qui se passe pour les fonds FREY RETAIL FUND 1 et 2, gérés par la société d’investissement immobilier cotée (SIIC) Frey.

Elle a obtenu que ses deux partenaires AG REAL ESTATE et CREDIT AGRICOLE ASSURANCES portent la capacité d’investissement totale des fonds, de 200 à 300 millions d’euros (avec une éventuelle extension à 400 millions d’euros). Car l’apport de fonds propres permettant cet accroissement de la capacité d’investissement sera réalisé à parité par AG REAL ESTATE et CREDIT AGRICOLE ASSURANCES. FREY ne participant pas à ce nouvel abondement, son niveau de participation au capital desdits véhicules d’investissement sera en conséquence réduit. Son effet de levier s’accroît d’autant. Ces développements doivent permettre de diversifier la stratégie d’acquisitions, initialement concentrée sur des actifs recélant un fort potentiel de création de valeur, à des actifs de retail parks de qualité stabilisée (Prime et Core).

Lancés fin 2011, FREY RETAIL FUND 1 et 2, sont des véhicules d’investissements structurés et gérés par FREY, qui s’appuient sur l’attractivité du format des retail parks. L’augmentation de la capacité d’investissement de ces fonds confirme l’attractivité de l’immobilier commercial périurbain, classe d’actifs sur laquelle FREY dispose d’une expérience reconnue tant dans le développement de projets, la requalification de zones commerciales, que dans la gestion et l’exploitation des sites pour les enseignes et les clients des parcs. Cette montée en puissance de la gestion pour compte de tiers, silo supplémentaire dans le modèle économique de FREY, est un acte fort pour la foncière.

Voici qui nourrira efficacement le flux d’actualité de cette foncière dont l’histoire plait manifestement au marché boursier. L’an dernier le titre FREY a progressé de 27,4 % et a largement surperformé l’indice Euronext IEIF SIIC France (+10,5 % – indice nu), représentant l’évolution du cours des foncières fiscalement transparentes cotées à la Bourse française.

FREY conforte chaque année sa place de spécialiste sur cette classe d’actifs immobiliers à la fois résiliente, profonde, créatrice de valeur et de rendement. En témoignent la réalisation de la requalification de la zone commerciale de Troyes – Saint Parres aux Tertres (la 1ère en France) ainsi que le gain par la foncière des deux principaux concours de réaménagement lancés en 2014 sur le territoire (à Strasbourg – Vendenheim et à Montpellier). Ce renouvellement urbain des zones commerciales de 1ère génération, problématique commune à toutes les grandes agglomérations françaises, représente pour FREY un relais de croissance conséquent.

pierrepapier.fr