Une vente par appartement d’ANF plutôt qu’une cession globale de la filiale d’Eurazeo

La foncière ANF immobilier annonce son entrée en discussion pour la cession de 160 murs d’hôtels gérés par la chaîne B&B. Cette annonce intervient deux mois après que son actionnaire de référence Eurazeo (Groupe Lazard) ait provoqué une flambée du titre ANF immobilier en Bourse en révélant avoir confié un mandat à la banque Lazard afin d’étudier les différentes options de cessions possibles après avoir reçu des marques d’intérêts non sollicitées concernant ANF Immobilier. Depuis cette flambée du titre, celui-ci s’est stabilisé dans la zone des 32 euros. Jeudi 21 juin, peu de réactions étaient observées sur le cours de Bourse qui glissait de 0,59 % à 32,17 euros. Le projet de cession des murs d’hôtels devrait en effet s’effectuer à la valeur d’expertise.

Il est difficile à ce stade d’évaluer si cet arbitrage rendra plus aisé la cession globale de la filiale d’Eurazeo, ou si au contraire cette cession marque l’abandon de l’étude par ce dernier de « l’étude des différentes options de cession possibles ». Toutefois en se recentrant sur l’habitation, ANF immobilier donne plus de corps à ce qui n’était qu’une boutade émise par le dirigeant d’une SIIC. Ce dirigeant avait réagi en apprenant le projet de la nouvelle majorité présidentielle de contraindre les SIIC à devoir détenir des logements en lançant « pour répondre à ces nouvelles obligations le plus simple est que l’ensemble des SIIC rachète ANF Immobilier, elles auront ainsi leur quota de logements ».

Selon les protagonistes de l’opération de cession des murs d’hôtels, Foncière des Murs, filiale de Foncière des Régions, et La Française REM ont signé avec ANF Immobilier un accord pour entrer en discussions exclusives afin d’étudier l’acquisition de 160 hôtels gérés par B&B. Afin de réaliser cet investissement immobilier, Foncière des Murs et La Française REM vont former un partenariat à 50/50 à terme. Cette cession s’inscrirait dans le cadre de la revue des options stratégiques d’ANF et de l’opportunité de céder potentiellement ce portefeuille auprès d’investisseurs de qualité qui continueraient à gérer et développer ce portefeuille en étroite collaboration avec le partenaire opérateur B&B. Sous réserve des due diligences, la transaction pourrait être réalisée conformément aux valeurs d’expertises du 31 décembre 2011 et finalisée avant la fin de l’année.

A propos d’ANF Immobilier
ANF Immobilier est propriétaire et gère un patrimoine immobilier de 1,7 milliard d’euros, dans les centres-villes de Lyon et Marseille. Elle est une société foncière conforme au statut SIIC de premier plan, orientée sur l’immobilier locatif résidentiel et tertiaire. Cotée sur l’Eurolist B d’Euronext Paris, ANF Immobilier fait partie de l’indice EPRA et est une société du groupe Eurazeo.
– Le patrimoine bâti se répartit de la façon suivante : 88 000 m2 en centre-ville de Lyon : 43 immeubles haussmanniens mixtes (61 % commerces, 16 % habitations et 23 % bureaux)*, auxquels s’ajoutent 4 200 m2 en cours de développement (projet MilkyWay) ;
– 184 500 m2 en centre-ville de Marseille : 148 immeubles haussmanniens mixtes (37 % commerces, 30 % habitations, 24 % bureaux et autres 9 %), auxquels s’ajoutent plus de 50 000 m2 de projets.
– 13 000 m2 de bureaux en centre-ville de Bordeaux, en cours de développement.
– Cette localisation prime en centre-ville avec une dominante de baux commerciaux – dans des villes à fort potentiel – et la diversité de locataires rendent les loyers d’ANF Immobilier particulièrement défensifs face à une baisse de la consommation et résistants aux difficultés économiques ;
– 168 murs d’hôtels répartis partout en France, bénéficiant de baux d’une durée de 12 ans fermes (échéance 2019), à loyers fixes et indexés, procurant à la fois sécurité et pérennité des loyers.

Le 21 janvier 2012, au cours de 31,17 euros, sa capitalisation boursière ressort à 893,5 millions d’euros.

Pierrepapier.fr