Articles

Novaxia R, l’unité de compte dédiée au recyclage de bureaux en logements, s’ouvre à la commercialisation

C’est Suravenir, l’un des assureurs partenaires de Novaxia, qui sera le premier à proposer cette nouvelle UC au sein de ses contrats. Novaxia R décline en l’assurance-vie un concept que Novaxia   maîtrise depuis plusieurs années.

La communication date du 19 janvier dernier. En présence d’Emmanuelle Wargon, la ministre chargée du Logement. Et d’Olivia Grégoire, secrétaire d’Etat à l’Économie sociale, solidaire et responsable. C’est sous leur égide que Novaxia annonçait le lancement prochain de Novaxia R, présentée comme « le premier fonds en assurance-vie de recyclage d’immeubles de bureaux en logements ».

Suravenir, premier assureur à commercialiser Novaxia R

Sa commercialisation est désormais officielle. Quatre assureurs (AG2R La Mondiale, Generali, Spirica, et Suravenir), s’étaient associés au lancement de la nouvelle unité de compte. C’est Suravenir qui aura tiré le premier. Novaxia R est en effet disponible depuis le 25 mars dernier dans le contrat Patrimoine Vie Plus distribué par Vie Plus, la filière dédiée aux CGP. Ainsi que dans des contrats des filières internet et bancaire de l’assureur. D’autres enveloppes devraient l’accueillir prochainement. Celles gérées par les trois autres partenaires initiaux de Novaxia. Mais pas que. Le gestionnaire mise en effet sur la diffusion la plus large possible. « Le partenariat vise à être élargi à tous les assureurs-vie de la place. Et aux acteurs de l’épargne en général », expliquait la société de gestion lors de l’annonce de la création de Novaxia R.

Mobiliser l’assurance-vie au service d’une cause sociétale

L’idée est en effet de mobiliser l’épargne massive de l’assurance-vie (1 800 Md€ fin 2020) au profit d’une cause sociétale : la transformation de bureaux en logements. Ce recyclage permet de répondre à une triple problématique. Une pénurie de logement, structurelle, qui s’est encore accentuée avec la crise sanitaire. La baisse, supposée, de la demande en bureaux, en raison de l’essor du télétravail. Et l’impérative baisse de l’impact environnemental de l’immobilier. « La transformation d’un actif existant économise 50 % d’empreinte carbone par rapport à la construction neuve. Et évite l’artificialisation des sols », rappelle en effet Novaxia.

R pour Résidentiel, Recyclage, Rénovation et Responsable

Novaxia R, qui coche le R de Résidentiel, de Reclyclage, de Rénovation, se positionne aussi sur le R de Responsable. « Pour la première fois, les épargnants vont pouvoir investir, à travers leurs contrats d’assurance-vie, dans le logement. Tout en captant la plus-value issue de la baisse de la valeur des bureaux », affirme Novaxia. En participant indirectement à cette logique de recyclage, ils pourront donc « concilier l’utilité sociétale et le rendement de leur placement ». Novaxia R vise un objectif de performance de 5% par an. Et ambitionne la production de 4 000 logements. Soit 1,3 Md€ d’investissement.

Un concept décliné à l’assurance-vie

Si Novaxia R innove, en s’adressant à la large cible des souscripteurs de contrats d’assurance-vie, rappelons toutefois que ce n’est pas la première fois que le gestionnaire propose ce concept de placement aux épargnants. Expert reconnu du recyclage urbain depuis plus de 15 ans, il lançait dès 2013 le premier opus de son fonds Novaxia Immo Club. Construit autour d’une logique de promotion immobilière, son objectif était déjà la transformation de bureaux en logements. Son positionnement et son statut juridique lui permettaient aussi d’être éligible au PEA-PME. Après Novaxia Immo Club 1, dissout en septembre 2019 -après avoir rapporté 34,80% à ses souscripteurs-, le gestionnaire a lancé les versions 2, 3, 4, 5. Et, en 2019, la version 6 de son Immo Club. Celui-ci, fermé aux souscriptions depuis janvier, est programmé pour durer jusqu’en 2026.

Novaxia One, un «Immo Club » perpétuel

Le spécialiste du recyclage urbain s’est aussi essayé récemment au recyclage financier. En novembre dernier, il a en effet fusionné les opus 3,4 et 5 de ses Immo Club, fonds fermés à durée de vie limitée, au sein d’un nouveau véhicule, Novaxia One. Celui-ci, contrairement aux précédents, est un fonds « perpétuel »[1]. Ouvert en permanence aux souscriptions -et aux retraits-, Novaxia One dispose donc d’entrée de jeu d’un patrimoine d’actifs immobiliers estimé à 145 M€. Une taille qui, explique Novaxia, « mutualise les risques ». Essentiellement dédié à la transformation d’actifs immobiliers en logements, Novaxia One vise un objectif de performance annuelle de 6%. Comme les opus fermés, il est éligible au PEA-PME[2]. Il est également éligible au dispositif de remploi de cession[3]. Son minimum de souscription : 5 000 €.

Frédéric Tixier

[1] Durée de vie théorique de 99 ans
[2] Il peut également être souscrit via un compte titre ordinaire
[3] Article 150 O-b-ter du code général des impôts


Lire aussi

La SCPI Neo maintient son objectif d’un rendement de 6% en 2021

Novaxia Immo Club 6 prolonge sa période de souscription


A propos de Novaxia Investissement(i)

Novaxia Investissement est une société de gestion agréée par l’Autorité des marchés financiers. C’est la première société de gestion immobilière « entreprise à mission ». Elle développe et gère une gamme de fonds immobiliers innovants. Parmi ses différents produits, Novaxia Investissement propose une offre immobilière éligible au PEA/PEA-PME et au remploi de produits de cession, à l’assurance-vie ainsi qu’un nouveau modèle de SCPI moderne, accessible, et innovant – NEO.

 (i) Information extraite d’un document officiel de la société

Une unité de compte pour s’exposer à l’immobilier tertiaire parisien de prestige

CNP Immo Prestige, nouvelle unité de compte immobilière commercialisée par CNP Assurances, sera investie dans un secteur « traditionnellement réservé aux investisseurs institutionnels ». CNP Immo Prestige, offre de diversification, s’insère dans la gamme des contrats de CNP Patrimoine.

« Dans le contexte persistant actuel de taux bas et de forte volatilité des actifs financiers, CNP Immo Prestige représente une véritable opportunité d’investir dans l’immobilier de prestige parisien, plus résilient en cas de crise. Et potentiellement plus rentable sur la durée », explique François Guilgot, co-directeur de la business unit Ingénierie et Clientèle Patrimoniale de CNP Assurances.

Investie à 95% en bureaux de prestige parisien

CNP Immo Prestige, la nouvelle unité de compte immobilière lancée par l’assureur, sera effectivement investie dans des immeubles exclusivement parisiens. Tous labelisés selon « les plus hauts niveaux de qualité environnementale et de performance énergétique ». Et essentiellement occupés par « les sièges sociaux des grandes entreprises françaises ». CNP Immo Prestige ne vise pas en effet le résidentiel parisien haut de gamme – à l’instar de certaines SCPI comme Sofiprime, par exemple-. Mais bien le secteur de prestige des bureaux du Quartier Central des Affaires -« QCA »-. Un créneau qui, selon CNP Assurances, « offre un potentiel de rendement immédiat et sur le long terme ». Et était, jusqu’à présent, réservé « aux seuls investisseurs institutionnels ». Une affirmation un peu exagérée, puisque bon nombre de SCPI, notamment les plus importantes par la taille, sont déjà en partie investies en immeubles de bureaux parisiens prime…

Des actifs déjà détenus par CNP Assurances

CNP Immo Prestige serait déjà exposée à plusieurs des immeubles présents dans le patrimoine de CNP Assurances. Selon le site CFNews Immo et Infra, y figurerait notamment le siège d’Altarea Cogedim (85-89 rue de Richelieu). Mais aussi la SCI Triangle Montaigne (1 770 m² de commerces situés avenue Montaigne). D’autres actifs de prestige détenus par CNP Assurances seraient également destinés à rejoindre la nouvelle unité de compte. Cette dernière est accessible dès 5 000 €. Contre 2% de frais d’entrée. Et 1,06 % (TTC) de frais de gestion. Mais uniquement dans le cadre de la gamme de contrats d’assurance-vie ou de capitalisation de CNP Patrimoine, la structure dédiée à la clientèle patrimoniale de CNP Assurances. Ce lancement illustre d’ailleurs l’élargissement des prérogatives de CNP Patrimoine intervenu en mars dernier. Depuis cette date, elle est en effet en charge de l’ingénierie patrimoniale de l’assureur.

Nouvelles prérogatives pour CNP Patrimoine

Et de la structuration des unités de compte pour CNP Assurances. « Cette nouvelle offre représente le fruit du travail collectif des experts du département « Ingénierie » de la nouvelle business unit », précise d’ailleurs Cécile Blondeau-Dallet, co-directrice de la business unit Ingénierie et Clientèle Patrimoniale de CNP Assurances. Et illustre sa capacité « à développer une offre UC diversifiée, portée par de nouvelles classes d’actifs ». CNP Patrimoine, qui propose déjà plus d’une cinquantaine d’UC, va en effet également s’intéresser à des secteurs comme le private equity et les infrastructures. CNP Patrimoine fait partie des structures qui ont particulièrement souffert depuis le début de la crise sanitaire. Au 1er trimestre 2020, son chiffre d’affaires en unités de compte avait reculé de 66% par rapport au 1er trimestre 2019. Sur l’ensemble du 1er semestre, le recul est moins prononcé, mais reste important : -43,4%.

 

Frédéric Tixier


Lire aussi

Bureaux en Ile-de-France : vers une baisse des valeurs locatives ?

L’impact du télétravail sur le marché des bureaux


A propos de CNP Assurances(i)

Acteur de référence sur le marché français de l’assurance de personnes, CNP Assurances est présent dans 19 pays en Europe et en Amérique latine, avec une forte activité au Brésil, son 2e marché. Assureur, coassureur et réassureur, CNP Assurances conçoit des solutions de prévoyance/protection et d’épargne/retraite innovantes. La société compte plus de 38 millions d’assurés en prévoyance/protection dans le monde et plus de 12 millions en épargne/retraite. Conformément à son modèle d’affaires, ses solutions sont distribuées par de multiples partenaires. Et s’adaptent à leur mode de distribution, physique ou digital, ainsi qu’aux besoins des clients de chaque pays.

 (i) Information extraite d’un document officiel de la société