Articles

siic-fonciere-des-regionsFort de l’engouement des souscriptions suscitées par le lancement de sa 21ème augmentation de capital au mois de mai dernier, la SCPI Fructipierre va mettre en œuvre l’option de relèvement du plafond des souscriptions initialement prévues à hauteur de 19,78 millions d’euros en nominal.

Au regard des capitaux collectés et conformément aux conditions de cette opération telles que détaillées dans la note d’information, et dans la limite de 30 % du montant de l’augmentation de capital initialement prévu, la société de gestion a décidé de relever le montant maximum de l’augmentation de capital de 19,78 millions d’euros de nominal (soit 45,54 millions prime d’émission incluse) à 25,71 millions d’euros de nominal (soit 59,2 millions d’euros prime d’émission incluse). Le terme de cette opération reste fixé au 23 décembre prochain. (voir pierrepapier.fr du 21 mai 2013) sauf clôture anticipée et sans préavis en cas de souscription intégrale, avant cette date.

Ce navire amiral de la société de gestion NAMI-AEW Europe veut lever d’ici le 23 décembre prochain un peu moins de 5 % de sa capitalisation. Son taux d’occupation proche de 95 % s’inscrit parmi les meilleurs de toutes les SCPI.

A propos de la SCPI Fructipierre
Créée en 1987, la SCPI Fructipierre, gérée par NAMI-AEW Europe, appartient à la catégorie des SCPI Immobilier d’entreprise classiques diversifiées à capital fixe. Au 31 décembre 2012, sa capitalisation atteignait 587,63 millions d’euros, à l’issue d’une collecte nette de 49,5 millions d’euros au cours des 12 mois précédents. Ce qui en fait l’une des 15 plus grosses SCPI toutes catégories confondues. Les 1 209 115 parts en circulation sont réparties aux mains de 11 230 associés. 54,4 % des parts sont détenues par des personnes physiques et 45,6 % par des personnes morales.
Son patrimoine se partage entre la région parisienne (57,9 %), Paris (29,6 %) et la province (12,5 %). Fructipierre est essentiellement investie en bureaux (97 %), les locaux commerciaux occupant une part marginale (3 %). Le taux d’occupation financier du patrimoine s’inscrit à 94,25 % au 31 mars 2013. L’an dernier, le taux de distribution sur valeur de marché des parts a été de 5,27 % et la variation du prix moyen des parts a été de 1,12 %. Le taux de rendement interne (TRI) des parts ressort à 7,18 % sur 5 ans, à 8,53 % sur 10 ans et à 13,71 % sur 15 ans.

pierrepapier.fr

resetudianteImmovalor Gestion, la filiale d’Allianz dédiée à la gestion de fonds immobiliers pour compte de tiers, a annoncé que la SCPI Scellier BBC Allianz DomiDurable avait achevé son programme d’investissement avec l’acquisition de 36 logements. Cette SCPI fiscale bénéficiant du régime fiscal Scellier BBC a collecté 100 millions d’euros en 2011. Ses associés ont bénéficié d’une réduction d’impôts de 22% du montant de leur souscription étalée sur 9 ans.

Le patrimoine de la SCPI Allianz DomiDurable est situé en Ile de France à hauteur de 88% (Zones A bis et A) et 12% en régions (Zone B1 – agglomérations de + de 250 000 habitants). Les livraisons des logements acquis par la SCPI ont débuté et s’échelonneront jusqu’au quatrième trimestre 2014.

pierrepapier.fr

assurance-vieExclusivité

Un contrat d’assurance-vie qui a rapporté plus de 4 % en 2012, c’est possible grâce à la pierre-papier. Encore faut-il le trouver…

Le site pierrepapier.fr met en ligne le tableau le plus exhaustif jamais publié sur le référencement des SCPI dans les contrats d’assurances-vie. Il se distingue des sélections des « meilleurs contrats » disponibles chez les sites commerçants… qui les distribuent.

Quelles SCPI ? De quelle société de gestion ? Dans quel contrat d’assurance-vie ? créée par quelle compagnie d’assurance ? La réponse en un clic est disponible grâce à ce tableau interactif qui permet également de classer tous les contrats adossés à la pierre-papier par leur performance de l’année 2012.

Au total pierrepapier.fr permet de retrouver 34 SCPI sur les 85 SCPI investies et 1 SCPI de plus-value investie en habitation sur les deux de cette catégorie en immobilier d’entreprise existantes. On les retrouve dans les contrats de 17 compagnies d’assurances commercialisés  par 20 distributeurs, sans compter les conseillers en gestion de patrimoine.

C’est bien beau de vouloir loger une SCPI que l’on a sélectionné auparavant dans un contrat d’assurance-vie. Encore faut-il trouver la compagnie d’assurance, le contrat et son distributeur. Votre tâche sera grandement facilitée par les ressources de ce tableau des SCPI dans l’assurance-vie. Cet instrument vous permettra de juger par vous-même le coût de frottement de ce type de gestion. L’exonération fiscale a un coût. La comparaison des rendements des contrats et du taux de rémunération des parts des associés déjà disponible pour l’ensemble des SCPI permet de constater facilement que l’assureur n’est pas trop gourmand dans ses frais de gestion.

Toutes les données ont été puisées et vérifiées directement auprès des sociétés de gestion de SCPI et des compagnies d’assurance-vie.

Christophe Tricaud
Rédacteur en chef pierrepapier.fr
Avec Marie-Eloïse Gravier pour la collecte des données
et Didier Escudier pour le traitement graphique et les classements.

diagramme-hausseLe rendement des SCPI d’immobilier entreprise (5,25 % en moyenne en 2012) apparaît comme une alternative aux contrats en euros dont les rendements ont flanché ces dernières années avec la baisse des taux des emprunts d’Etat.

Face à l’inexorable baisse des rendements offerts par les fonds en euros des contrats d’assurance-vie – selon la FFSA le rendement moyen est tombé l’an dernier à 2,80 % contre 3 % en 2001 – la tentation est forte de se tourner vers les contrats en unité de compte. Mais rares sont les souscripteurs prêts à se lancer sur des supports évoluant au gré de l’humeur des marchés financiers. Fort heureusement, entre les deux, la pierre-papier avec des contrats ayant comme sous-jacents des SCPI viennent répondre à ces attentes de rendements décents sans avoir à affronter l’anxiété qui naît de la volatilité de la Bourse.

Les assureurs ont beaucoup enrichi leur offre de contrats en unités de compte, voir en euros, qui permettent d’investir dans le cadre fiscal attrayant de l’assurance-vie. C’est un moyen pour eux de lutter contre la décollecte qui est apparue dans le courant de l’année dernière. Ce canal de distribution s’est parallèlement imposé auprès des sociétés de gestion : il représente près de 10 à près de 30 % de la collecte pour certaines d’entre-elles. Le rendement des SCPI (5,25 % en moyenne 2012 pour les SCPI d’entreprise) supérieur de près de 300 points de base (3 %) à celui des obligations d’Etat françaises (OAT) à 10 ans (2,31 % le 8 juillet 2013), assis sur une classe d’actif bénéficiant d’un solide profil de risque apparaît comme la planche de salut pour les épargnants averses au risque. Et si dans les mois qui viennent les préconisations du rapport sur l’épargne Berger-Lefebvre conditionnant, au-delà d’une certaine taille des contrats, les avantages fiscaux de l’assurance-vie aux seuls contrats en unité de compte entraient en vigueur, ceux qui reposent sur la pierre-papier sont promis à un bel avenir.

Outre les avantages fiscaux, l’assurance-vie offre aux souscripteurs un avantage en matière de liquidité. Si aujourd’hui celle-ci ne pose pas de problème, nul ne peut la garantir dans le cas d’une crise aigüe. Les assureurs se souviennent d’ailleurs des pertes qu’ils ont subies dans ce cadre dans les années 90, avant que des mesures soient prises pour améliorer le marché secondaire des SCPI. C’est pourquoi plusieurs compagnies mettent des freins à l’investissement sur les SCPI détenues dans le cadre de l’assurance-vie. Cela va de l’obligation pour le souscripteur à limiter la part de sa souscription investie dans les SCPI, à des pénalités en cas de rachats ou d’arbitrages précoces. Des assureurs exigent parfois que le souscripteur répartisse son investissement sur plusieurs SCPI.

Par ailleurs, la détention de parts de SCPI dans le cadre de l’assurance-vie donne lieu à des adaptations selon les contrats. C’est ainsi que certaines souscriptions en unités de compte ne se font pas au prix de souscription payé par les investisseurs en direct de la SCPI, mais en référence à la valeur de réalisation. Des traitements distincts sont réservés sur les revenus des SCPI. L’assureur rétrocède rarement la totalité des revenus, qui sont parfois capitalisés ou réinvestis dans l’achat de nouvelles parts de la SCPI. Une lecture attentive des contrats s’impose, bien au-delà des frais de souscription !

L’acquisition de SCPI par le biais de l’assurance-vie conviendra donc aux épargnants soucieux de limiter leur impôt sur le revenu. Cette solution entre en concurrence avec d’autres possibilités d’optimisation, à commencer par le démembrement d’usufruit ou l’achat à crédit en vue de se constituer un capital. Il n’est bien sûr pas possible de les cumuler.

Christophe Tricaud
Rédacteur en chef – Pierrepapier.fr

adriaL’OPCI PREIM Défense 2 reprend la capital de cette foncière cotée à Paris qui détient pour unique actif la Tour Adria. Le vendeur espagnol qui cherche à se désendetter s’est engagée à prendre 36 % du capital de l’OPCI qui recourrera à la dette pour financer l’opération. Une OPA doit suivre

Le groupe immobilier espagnol Sacyr-Vallehermoso vient de procéder à la cession de la société française Tesfran, propriétaire d’un actif unique : la tour Adria située à La Défense dans le quartier des affaires de l’ouest parisien. Cette petite foncière est cotée à la Bourse de Paris. Le groupe ibérique parvient par cette opération à alléger un peu le très lourd poids de sa dette qui atteignait en 2013 8,7 milliards d’euros à la fin mars, alors qu’il reste fragilisé par l’éclatement de la bulle immobilière en Espagne. La cession de Tesfran couplée à la vente d’un immeuble de Miami (USA) permettra d’alléger le fardeau de sa dette de près de 500 millions d’euros, selon  Sacyr-Vallehermoso, sans préciser si ce calcul comprend l’engagement qu’il a pris auprès de l’acheteur un OPCI géré par Primonial REIM, de réinvestir 75 millions d’euros dans ce véhicule rachetant la société et dont il devrait détenir 36 % du capital.

Le prix de vente payé par l’OPCI PREIM Défense 2, pour 33 347 328 actions de la société Tesfran SA, soit 99,99% du capital social et des droits de vote n’est que de 224,7 millions d’euros car Tesfran a procédé le 5 juillet au versement à ses actionnaires de 13,16 euros par titres à la suite d’une réduction du capital de la société. Le prix d’acquisition est donc limité à 6,74 euros par action, calculé à partir d’une valorisation de Tesfran de 224,7 millions d’euros, valorisant son actif immobilier à 450 millions d’euros, en repli de 10 millions sur l’expertise de la fin 2012 réalisée par CBRE valuation. Ce prix est susceptible d’être ajusté à la hausse et de donner lieu à un complément de prix dans la limite d’un montant total maximal de 2% du prix initial.

Conformément aux dispositions du règlement général de l’Autorité des marchés financiers et suite au franchissement des seuils de 50 % et de 95% en capital et en droits de vote dans Tesfran SA, l’OPCI PREIM Défense 2 va déposer un projet d’offre publique d’achat simplifiée suivie d’un retrait obligatoire visant les actions de Tesfran SA restant en circulation.

Les modalités de cette offre publique d’achat simplifiée suivie d’un retrait obligatoire, notamment les conditions financières ainsi que le calendrier, feront l’objet d’un communiqué ultérieur, et restent soumises à l’examen du projet d’offre par l’Autorité des marchés financiers et aux travaux du cabinet Ledouble, nommé comme expert indépendant dans le cadre de cette opération.

Tesfran SA prévoit de demander le maintien de la suspension de la cotation intervenue le 5 juillet jusqu’au dépôt de l’offre.

Cette opération permet à l’OPCI PREIM Défense 2 de se positionner sur le marché de l’investissement immobilier français et plus particulièrement sur le marché de La Défense, sur des valeurs défensives, tout en bénéficiant d’un revenu important et sécurisé en raison du bail ferme qui prend fin en 2021. Reste à savoir à quel levier d’endettement cet OPCI à règles de fonctionnement allégées (RFA), dont l’actionnariat est purement institutionnel, aura-t-il recours…

A propos de Tesfran
Tesfran, est une société foncière qui est née dans le but d’investir, de détenir, d’exploiter, et de gérer en France, dans l’immobilier tertiaire, principalement des bureaux en Ile-de-France et dans une moindre mesure dans les grandes villes de province. Elle était jusqu’à la réalisation de cette opération une filiale française de Testa, appartenant au groupe espagnol Sacyr Vallehermoso,
Tesfran est propriétaire depuis le 30 mars 2006 de la « Tour Adria », située à Paris-La Défense, et intégralement louée.
Les loyers de Tesfran se sont élevés à 30,85 millions d’euros en 2012, pour un résultat net de 22,9 millions. Ceux du premier trimestre 2013 ont atteint 7,97 millions d’euros.

pierrepapier.fr

La SCPI à capital variable Actipierre Europe, gérée par Ciloger, après avoir obtenu l’accord de ses associés, a décidé de procéder à l’augmentation de son capital statutaire, qui constitue le plafond en deçà duquel les souscriptions à l’augmentation de capital social en cours pourront être reçues par la société de gestion sans formalité particulière. Il est porté de 180 millions d’euros à 300 millions d’euros à compter du 9 juillet 2013. Le taux d’occupation financier s’inscrit à 98,14 %.

Le prix de souscription est fixé à 198 euros dont 30 euros de prime d’émission. Ce prix s’entend net de tous autres frais. Et le minimum de souscription est de 10 parts pour les nouveaux associés.

à propos de la SCPI Actipierre Europe
La SCPI Actipierre Europe relève de la catégorie murs de magasins. Elle est investie à 100% en commerces. Son patrimoine est implanté en province à hauteur de 49 %, en Ile-de-France à hauteur de 24 % et en zone euro (Allemagne) à hauteur de 27%. Elle compte 3 366 associés dont 91 % de personnes physiques.
Le nombre de parts a augmenté de 10,7% au cours du premier trimestre 2013. Forte de 14 millions ainsi levés, Actipierre Europe disposait au 1er avril de 21,3 millions d’euros à investir.
La valeur de réalisation des parts 2012 ressort à 172,05 euros. L’an dernier, les parts ont bénéficié d’un taux de distribution sur valeur de marché de 4,16 % (après que le revenu distribué ait été ramené de 9,6 euros en 2011 à 8,16 euros en 2012) alors que la variation du prix moyen de la part était de 2,16 %. Le taux de rendement interne des parts de cette SCPI créée en 2007 ressort à 2,8 % sur 5 ans. Au premier trimestre, le revenu par part s’est élevé à 2,25 euros, alors que la société de gestion indique prévoir distribuer 9 euros par part pour l’ensemble de 2013.
Au titre de l’année 2012, le report à nouveau a été augmenté de 311 000 euros pour être porté à 394 000 euros représentant près d’un mois de revenus distribués aux associés.

pierrepapier.fr

resetudianteFoncia Pierre Gestion va jouer dans la cour des grands et lance une SCPI classique diversifiée dédiée à l’hébergement. Elle vise 450 millions de collecte pour investir dans les maisons de retraites et les résidences étudiantes. La commission de gestion annuelle ne dépassera pas 6 % des loyers encaissés.

Le retour attendu par les pouvoirs publics des institutionnels sur le logement ne prend pas toujours les formes traditionnelles d’un patrimoine d’immeubles d’habitation. Pourtant l’initiative prise par Foncia répond bien aux besoins d’hébergement de plusieurs parties de la population française sans cesse en croissance, les personnes âgées et les étudiants. La SCPI à capital variable Foncia Cap’Immo (à ne pas confondre avec l’unité de compte Capimmo gérée par Primonial) ne relève pourtant pas des SCPI fiscales, traditionnels véhicules d’investissement dédiés au logement, mais appartient à la catégorie des SCPI classiques diversifiées avec l’ambition d’offrir dès ses premiers jours une rentabilité compétitive parmi ses concurrentes. Danielle François-Brazier assure un minima de 5,10 % pour le rendement des parts en première année et vise un rendement compris entre 5,30 et 5,40 % à compter de la deuxième année. Un niveau appréciable en partie dû au recours à l’endettement que s’autorise cette SCPI (35 % de la valeur du patrimoine). Ses trois premiers investissements le lui permettront puisque qu’ils seront acquis sur la base d’un rendement « actes en mains » de plus de 7 %. Le premier d’entre eux devrait être une maison de retraite en centre-ville offrant un rendement immobilier de 7,30 %. Par la suite, des acquisitions en VEFA (Vente en l’Etat Futur d’Achèvement) gonfleront la rentabilité des actifs. De même que leur taille, car si au début la cible s’inscrit entre 4 et 5 millions, celle-ci montera progressivement à 10, puis à 20 millions d’euros. Ces actifs dotés de baux longs (12 années dans l’idéal, voire 9 années quand ce sont des immeubles neufs) présentent une grande sécurité pour la SCPI et ses souscripteurs.

Le track-record de ses 6 SCPI incite à faire confiance aux prévisions de rendement de la présidente de Foncia Pierre Gestion qui détient 2,5 % de la capitalisation totale des SCPI : le TRI sur 7 ans des 6 SCPI du groupe atteint le niveau enviable de 10,98 %. Certaines SCPI font mieux, mais l’ensemble des SCPI d’une société de gestion ont bien du mal à égaler ce score ! Sans oublier le prix remis lors des dernières Assises de la Pierre-papier, le 10 juin dernier, à la SCPI Le Patrimoine Foncier, dans la catégorie « meilleure progression de part sur cinq ans ». La rentabilité pour les souscripteurs sera confortée par des commissions de gestion annuelle bien plus faible que la moyenne des SCPI avec un taux de 6 % hors taxe (c’est un des effets positifs des baux à long terme des actifs cibles de la SCPI !), sans minimum forfaitaire et sans rémunération de la société de gestion sur les travaux, ni sur les arbitrages. D’autant que 6 % des loyers encaissés revient à pratiquer une commission sur encours sous gestion proche de 0,4%, plus de deux fois inférieure à celle que pratiquent tous les OPCVM commercialisés en France.

La SCPI Foncia Cap’Immo veut être présente sur toute la gamme de l’hébergement donnant lieu à des baux commerciaux. Elle sera donc présente sur des secteurs d’activités dynamiques tels que les résidences pour personnes âgées, les résidences étudiantes, les salles de conférences et espaces de séminaires, ainsi que dans l’hôtellerie installée dans les zones de forte demande telles que les aéroports. Et quand on demande à Danielle François-Brazier si la stratégie d’investissement de Foncia Cap’Immo ne vise pas des secteurs un peu trop travaillés par les investisseurs ces derniers temps, elle répond sereinement que « tout dépend de la maîtrise du pipeline ». Car ses ambitions sont fortes : Foncia Cap’Immo vise une collecte de 450 millions d’euros sur 3 ans / 3 ans et demi. Ce qui crée parallèlement un objectif de doublement de l‘encours de la SCPI de Foncia Pierre Gestion qui était de 673 millions d’euros à la fin 2012, compte tenu de la poursuite de la croissance des autres SCPI du groupe. Pour 2013, elle se contentera de 30 millions d’euros de collecte pour sa nouvelle SCPI, avant de passer à un rythme de 70 à 100 millions d’euros en 2014. Le faible ticket d’entrée (10 parts à 250 euros !) devrait élargir sa zone de chalandise, alors que les souscriptions moyennes des SCPI de Foncia Pierre Gestion se sont inscrites au-dessus de 20 000 euros en 2012. Les prévisions de collecte de Foncia Cap’Immo tranchent avec les modestes augmentations de capital de 25 millions d’euros de Foncia Pierre Rendement qui laissaient parfois sur leur faim ses partenaires conseillers en gestion de patrimoine. D’ailleurs, la nouvelle dimension de Foncia Pierre Gestion l’amène à mettre en place un réseau commercial propre. A terme, Danielle François-Brazier espère faire jouer les synergies avec sa maison-mère Foncia et ses 550 agences immobilières en ciblant les plus prometteuses.

pierrepapier.fr

centre-villeURBAN PREMIUM se dote d’une structure totalement dédiée à la promotion de ses SCPI, au développement et au suivi de ses partenaires. La société de gestion vise ainsi une meilleure proximité, un niveau de service élevé et un accompagnement durable : les engagements de cette nouvelle entité animera et renforcera les partenariats.

URBAN PREMIUM, société de gestion de véhicules collectifs en immobilier (SCPI et OPCI) agréée par l’AMF, s’est structurée autour d’un positionnement unique : l’immobilier de cœur de ville.

URBAN INVESTISSEMENT assurera la commercialisation auprès des partenaires distributeurs, des véhicules aujourd’hui ouverts à la souscription : SCPI URBAN PRESTIGIMMO (Malraux) et URBAN PIERRE 2 (Déficit foncier).

pierrepapier.fr

enghienLa SCPI CILOGER HABITAT 2 investit 10,5 M€ dans l’acquisition de 27 logements « BBC » et clôture son programme d’investissements en cohérence avec le planning fiscal.

A l’issue de ses dernières acquisitions, la SCPI CILOGER HABITAT 2 compte un montant total investi de l’ordre de 138,2 millions d’euros, situé à 82% en Zones A et A bis, et répondant au label BBC (Bâtiment Basse Consommation).

Ses derniers investissements ont concerné

A Livry-Gargan (zone A – 93) – 1,3 M€ (5 T3 + 9 parkings)
Le programme, livrable au premier trimestre 2014, sera édifié dans un quartier pavillonnaire de qualité et de logements collectifs récents, à 1 km de la gare RER permettant de rejoindre le centre de Paris en moins d’une demi-heure. Le projet prévoit la construction de 2 immeubles totalisant 57 logements.

A Rosny-sous-Bois « Village » (zone A – 93) – 1,05 M€ (2 T2/2 T4 + 5 parkings)
Le programme, construit dans un quartier calme et arboré de Rosny-sous-Bois, bénéficie d’une desserte rapide pour rejoindre Paris. Livrable en septembre 2014, le projet prévoit la construction de 2 bâtiments totalisant 39 logements.

A Puteaux (zone A bis – 92) – 8,1 M€ (3 T2/8 T3/7 T4 + 22 parkings)
Le programme est situé dans le centre de Puteaux, au cœur de la plus puissante zone économique d’Europe. Puteaux est une commune très recherchée, à 3 km de Paris et desservie par de nombreux transports. Livrable fin juillet 2014, le programme prévoit la construction de 114 logements sur 4 cages d’escaliers.

 à propos de la SCPI Ciloger Habitat 2
La SCPI Ciloger Habitat 2 est une SCPI d’habitation répondant aux exigences du régime fiscal Scellier BBC 2 qui a autorisé une réduction d’impôts de 150 euros par part (le quart du prix de 600 euros) répartie sur 9 ans à ses souscripteurs de 2010 et de 132 euros pour les souscripteurs de 2011. Elle a été créée  le 28 octobre 2010. L’essentiel de sa collecte s’est effectué en 2001 avec une collecte nette de 117,4 millions d’euros cette année-là. Sa capitalisation était de 153,12 millions d’euros au 31 décembre 2011 et de 139,15 millions à la fin 2012. Elle compte 2878 associés qui se partagent ses  255 193 parts.
Son patrimoine se réparti à hauteur de 12% à Paris, de 25% en province et de 63 % en Ile-de-France.
Dans l’attente des premiers revenus fonciers distribués, prévus au plus tôt au titre du premier semestre 2014, les produits financiers réalisés par la SCPI sont désormais distribués chaque trimestre. Ainsi, le revenu du premier trimestre, exclusivement composé de produits financiers, s’établit à 0,60 euro par part. Sur ce dernier, la part du prélèvement à la source sur les produits financiers est de 0,11 euro et la part des prélèvements sociaux seuls est de 0,07 euro. Compte tenu des décaissements à intervenir jusqu’à la livraison des immeubles en cours de construction, et le niveau actuel des intérêts financiers, les revenus de ce type devraient décroître régulièrement. Les logements seront quant à eux progressivement sources de revenus fonciers au fur et à mesure de leur livraison et location.
Sur le marché secondaire, bien que le respect de l’engagement de conservation des parts sur 9 années conditionne la réduction d’impôts, on a constaté un échange portant sur 2 parts lors de la confrontation du 27 mars 2013, au prix d’exécution de 420,37 euros par part (soit un prix acheteur de 464,01 euros). Au 31 mars 2013, 231 parts sont en attente de vente.

Pierrepapier.fr

laboutiqueLa jeune petite sœur d’Immorente qui se distingue par un recours à l’endettement pour 50 % de la valeur de son patrimoine veut doubler de taille.

C’est le 8 juillet prochain que débutent les souscriptions de la troisième augmentation de capital de la SCPI Immorente 2. Cette SCPI se caractérise par son recours à l’endettement (voir ci-dessous « à propos d’immorente 2 »). Les associés réunis en assemblée générale le 4 mai 2012 ont décidé de fixer le montant du capital social maximum à 150 millions d’euros, soit 750.000 parts de 200 euros de nominal hors prime d’émission qui pourra être atteint par augmentations de capital successives sur décision de la Société de Gestion. Dans ce cadre, la société de gestion Sofidy a décidé d’augmenter le capital de la société IMMORENTE 2 de 11,8 millions d’euros pour le porter de 12,5 millions à 24,3 millions d’euros par émission de 59.000 parts nouvelles à souscrire en numéraire de 200 euros de nominal. Ce doublement e la capitalisation d’Immorente 2 intervient à l’issue de la deuxième augmentation de capital d’un montant de 5.74 millions d’euros (soit 7.175 millions d’euros prime d’émission incluse) qui a été clôturée le 10 décembre 2012.

Cette nouvelle opération prendra fin le 30 juin 2014. Elle pourra toutefois être close par anticipation et sans préavis en cas de souscription intégrale avant cette date. L’augmentation de capital sera limitée au montant des souscriptions et versements reçus à la date de clôture à la condition que ce dernier représente un montant significatif de l’augmentation de capital soit 75 % de celle-ci. Dans le cas où, à la date du 30 juin 2014, les souscriptions et versements reçus seraient inférieurs à 75 % du montant de l’augmentation de capital celle-ci pourra être prorogée.

Le prix des  parts créées est de 255 euros, supérieur de 5 euros au prix acquéreur moyen constaté en 2012. Il comprend 200 euros de valeur nominale et 55 euros de prime d’émission dont 30,50 euros de commission de souscription reversée à la société de gestion. Si la souscription parvient normalement à son terme la SCPI disposera de 13,25 millions d’euros pour investir.

La souscription minimale est de 100 parts.

à propos d’Immorente 2
La  SCPI Immorente 2 créée le 27 juillet 2011 appartient à l’ensemble des SCPI d’immobilier d’entreprise dans la catégorie des murs de magasins. C’est un secteur où Sofidy a fait ses preuves avec son navire amiral, la SCPI  Immorente qui est devenue en 25 ans l’une des plus grosses SCPI toutes catégorie confondue (1632,7 millions de capitalisation à la fin 2012). Mais à la différente de sa grande sœur Immorente se caractérise par le recours au levier de l’endettement. A la fin mars 2013, la dette représente 49,9 % de la valeur du patrimoine. Le taux d’intérêt moyen de cette dette (dont 32 % et à taux variable)  est de 3,19%
Les objectifs d’investissement d’Immorente2 visent une politique d’acquisition très mutualisée à tous niveaux (taille des acquisitions, emplacements, locataires…). Elle privilégie les murs de commerces de centre-ville dans des rues à forte densité commerciale à Paris, en région et, à titre accessoire, à l’étranger. Au premier trimestre 2013, elle a procédé à des investissements en France pour 5,7 millions d’euros, au Touquet, à Rouen, à Flers, à Bordeaux, Rennes, Toulouse et Vichy. La rentabilité immédiate moyenne de ces investissements s’élève à 5,7%. A ces actes signés, s’ajoutent des engagements d’acquisition (promesses ou engagements fermes signés) pour un montant d’environ 6,1 millions d’euros au 31 mars 2013. Le taux d’occupation financier moyen du premier trimestre 2013 s’établit à 100,00 %.Lors des trois premiers mois de l’année, le montant des loyers encaissés a été de 283 617 euros, et la SCPI a obtenu 25 000 euros d’indemnités de déspécialisation dans le cadre d’une cession de bail avec un changement d’activité concernant l’actif situé place de la
En 2012, les 6,60 euros de de revenus distribués ont conféré aux parts de la SCPI un taux de distribution sur valeur de marché de 2,65%. Dans la lignée des trimestres précédents il a été distribué euros au premier trimestre 2013 et la société de gestion a défini comme objectif de distribution en 2013 de verser entre 6,60 euros et 7,60 euros. L’an derneir la variation du prix moyen de la part a été de 4,17%. Il est encore trop tôt pour parler de taux de rendement interne pour cette SCPI

pierrepapier.fr