Articles

Revalorisation du prix des parts de SCPI à La Française et chez Perial AM

Les prix de souscription de cinq des neuf SCPI d’entreprise de La Française sont révisés à la hausse. Une augmentation qui varie de 1,46% à 3,33% selon les véhicules. Chez Perial, le prix de SCPI PF Grand Paris est majoré de 4%. Des hausses effectives depuis le 1er mars dernier.

L’année 2019 s’était déjà soldée par une revalorisation importante de la valeur moyenne des parts de SCPI. Pondérée prorata temporis, leur hausse ressortait à 1,20%. Contre un VPM[1] moyen de seulement 0,8% en 2018. Le signe que la valeur des patrimoines détenus par les SCPI s’est globalement appréciée l’an dernier. Mais également que celles qui ont procédé à des revalorisations de parts ont su judicieusement choisir leurs actifs. Et les gérer correctement.

Le reflet de la qualité d’une gestion

C’est d’ailleurs l’argument mis en avant par La Française REM pour expliquer la révision, à la hausse, du prix de souscription de 5 de ses SCPI. « La revalorisation des patrimoines de nos SCPI reflète avant tout la qualité de notre gestion », considère ainsi Marc-Olivier Penin, directeur général de La Française Real Estate Managers. Une gestion qui passe, d’abord, par la sélection des investissements. Mais aussi par l’optimisation et la rénovation du parc immobilier existant. Afin de « répondre aux nouveaux enjeux de transition énergétique et d’usages des locataires utilisateurs », ajoute Marc-Olivier Penin. Cette gestion a profité à l’ensemble des SCPI du groupe. Toutes, en effet, affichent une hausse de leur valeur de réalisation. C’est-à-dire de la valeur de leur patrimoine, calculée à dire d’experts.

Revalorisation des parts de 5 SCPI à La Française

Ce ne sont toutefois que 5 véhicules, parmi les 9 SCPI d’entreprise existantes, qui voient leurs prix rehaussés. Les revalorisations s’étalent de 1,46% à 3,33%. La plus forte hausse revient à LF Grand Paris Patrimoine (+3,3%). A noter que cette SCPI repositionnée sur l’investissement francilien avait déjà relevé le prix de sa part en septembre 2018. Vient ensuite Epargne Foncière, la SCPI « paquebot » du groupe (plus de 2,6 Md€ d’encours sous gestion fin 2019). Déjà revalorisé en début d’année 2019, son prix passe cette fois de 810 € à 827 €. Soit une hausse de 2,10%. Celui d’Eurofoncière 2 progresse de 1,98% (257 € vs 252 €). Et celui de Pierre Privilège de 1,55% (853 € vs 840 €). Quant à LF Europimmo, la SCPI qui a récemment fusionné avec Europimmo Market, sa valeur progresse de 1,46%. Contre 1,48% en 2019.


Hausse de 4% du prix de souscription de PF Grand Paris

Côté Perial AM, c’est le prix de la SCPI PF Grand Paris qui bénéficie d’une forte revalorisation : +4%. C’est la 3eannée consécutive que ce véhicule (ex-PF1) révise la valeur de ses parts. Investie depuis sa création – il y a plus de 50 ans… – dans l’immobilier francilien (85% du patrimoine fin 2019), la SCPI bénéficie à plein de la hausse de ce marché. En mai 2019, son prix de souscription avait déjà progressé de 3,6%. Et de 4,9% en mai 2018. Pour mémoire, PF Grand Paris a distribué un rendement de 4,38% à ses actionnaires l’an dernier.

Frédéric Tixier


[1] La VPM correspond à la variation du prix moyen du prix de souscription d’une part de SCPI. Elle est égale à la division de l’écart entre le prix acquéreur moyen de l’année n et le prix acquéreur moyen de l’année n-1, par le prix de part acquéreur moyen de l’année n-1.


Lire aussi

L’interview de Marc Bertrand, président de La Française REM

Collecte et dividendes en hausse pour les SCPI Perial en 2019


A propos de La Française REM(i)

La Française REM est la première société de gestion de société civile de placement immobilier en France en termes de capitalisation (au 30/06/2019, IEIF). Spécialiste de l’investissement et de la gestion pour compte de tiers, elle est présente sur l’ensemble des marchés immobiliers français. Elle développe également une offre de gestion de mandats immobiliers dédiés aux institutionnels sur des stratégies d’investissement Core/Core + mais aussi Value Added et Opportunistes au sein de La Française Real Estate Partners.

A propos de Perial Asset Management(i)

Perial Asset Management gère plus de 4,3 milliards d’euros au 31/12/2019, distribue des produits SCPI, OPCI par l’intermédiaire des CGP, banques privées, compagnies d’assurance, réseaux nationaux et investisseurs institutionnels. Perial Asset Management compte 550 immeubles en portefeuille pour les fonds gérés, plus de 1500 entreprises locataires et 44 000 associés, porteurs de parts de SCPI et d’OPCI.

(i) Information extraite d’un document officiel de la société

 

Collecte et dividendes en hausse pour les SCPI Perial en 2019

La société de gestion annonce une collecte en hausse de 34%, à 535 M€. Ses trois SCPI affichent des dividendes en progression. Pour deux d’entre elles, le taux de distribution 2019 est même supérieur à celui de 2018.

Nouvelle année de croissance et de performance pour Perial Asset Management. La société de gestion annonce une collecte brute « record », à 535 M€. C’est 34% de plus qu’en 2018. Perial boucle également un exercice dynamique en termes d’investissements et de transactions.

Perial AM : 725 M€ d’investissements en 2019

La filiale du groupe présidé par Eric Cosserat a réalisé un volume global d’investissement de 725 M€ l’an dernier. Contre 660 M€ en 2018. Le programme 2019 est déjà bouclé à hauteur de 433 M€. Et « 292 M€ sont engagés pour être investis dans les premiers mois de 2020 », précise Perial AM. La société de gestion a également procédé à 200 M€ d’arbitrages, dont 94 M€ actés. Ces cessions d’immeubles « qui ne participaient plus de manière optimale à la performance des fonds » sont en léger retrait par rapport à 2018 (240 M€). Pour financer une partie des acquisitions, Perial AM a continué à utiliser l’effet de levier du crédit. Mais en maintenant un taux d’endettement moyen de ses fonds « en deçà de 20% ». Cette stratégie de croissance sera maintenue en 2020. Le groupe en effet prévoit d’investir cette année plus de 800 M€.

Une collecte en hausse de 34%

L’origine des fonds investis demeure, bien entendu, la collecte engrangée par les SCPI de Perial. En 2019, elles ont reçu 535 M€ de nouveaux capitaux. C’est 34% de plus qu’en 2018. Comme lors des exercices précédents, c’est la SCPI PFO2 qui en recueille l’essentiel. Sa collecte brute 2019 s’établit à près de 300 M€. Contre 120 M€ environ pour PFO et PF Grand Paris. En termes de capitalisation, PFO2 – que Perial espère voir bientôt labelisée ISR -, reste donc également en tête. Fin 2019, cette dernière pesait 2,28 Md€. Soit environ 3 fois plus que les deux autres SCPI du groupe. PF Grand Paris, la « SCPI de référence pour investir dans le Grand Paris », s’affiche à 791 M€. PFO, la SCPI historique, qui « diversifie son patrimoine dans les capitales européennes », à 745 M€.


Dividendes en progression pour les 3 SCPI

Les 3 SCPI voient une nouvelle fois leurs dividendes progresser. La hausse la plus significative est à porter au crédit de PF Grand Paris. Son dividende 2019 s’établit à 22 € par part. 4,8% de plus qu’en 2018. Vient ensuite PFO2, avec une progression de 2,9% (9 € par part). Et PFO, avec +2,1% (à 47 € par part). Côté taux de distribution, la mieux-disante en termes de hausse de dividende est en revanche la seule à ne pas afficher d’amélioration. En raison d’une progression importante du prix de sa part l’an dernier[1], le taux de distribution de PF Grand Paris recule à 4,38%. Il était de 4,40% en 2018. Le taux DVM de PF0, le plus élevé des trois, passe quant à lui de 4,87% à 4,92%. Celui de PFO2 s’établit à 4,61%, à 10 points de mieux qu’en 2018 (4,51%).


Valeurs patrimoniales accrues

La valeur du patrimoine des trois SCPI s’inscrit également à la hausse. Leur valeur d’expertise, à périmètre constant, augmente de respectivement 4,1% pour PF Grand Paris, 1,2% pour PFO, et 2,1% pour PFO2. Des revalorisations qui devraient se traduire, à un moment ou à un autre, par une progression de la valeur des parts. Ces dernières ont déjà été réajustées en 2019. Outre celui PF Grand Paris (+3,5%), le prix de souscription de PFO a été réhaussé de 2,1%, et celui de PFO2 de 1%. En 2020, Perial espère prolonger cette tendance. Et « proposer des dividendes annuels orientés à la hausse, si les conditions de marché le permettent ». La société de gestion s’affirme toujours aussi engagée dans sa démarche ESG. Elle prévoit d’ailleurs de lancer de nouveaux produits. Dont l’un serait basé sur des stratégies bas-carbone…

Frédéric Tixier

[1] Passé de 492 € à 510 € en mai 2019.


Lire aussi

Perial : +2,11% pour la SCPI PFO

Perial revalorise PF Grand Paris


A propos de Perial Asset Management(i)

Perial Asset Management gère plus de 4,3 milliards d’euros au 31/12/2019. Elle distribue des produits SCPI, OPCI par l’intermédiaire des CGP, banques privées, compagnies d’assurance, réseaux nationaux et investisseurs institutionnels. Perial Asset Management compte 550 immeubles en portefeuille pour les fonds gérés, plus de 1500 entreprises locataires et 45 000 associés, porteurs de parts de SCPI et d’OPCI.

(i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société

SCPI, OPCI, SIIC, véhicules de la pierre-papier, immobilier : les autres news de la semaine

Plusieurs acquisitions ont été menées par des SCPI, des OPCI, des OPPCI ou des SIIC cette semaine. Edmond de Rothschild analyse le potentiel du marché résidentiel en Europe. Et Sofidy prédit que la rotation des fonds en euros vers les unités de compte immobilières est « inéluctable »…

SCPI, Immo Placement, Voisin, acquisition

La SCPI Immo Placement, gérée par la société de gestion Voisin, s’est portée acquéreur d’un immeuble de bureaux, le Néo, situé à Bron au cœur du Parc Saint-Exupéry. L’actif développe 3 380 m² sur trois niveaux et dispose de 468 m² d’archives et de 91 emplacements de parking. L’immeuble, certifié Breeam, est loué à 12 entreprises. Prix de la transaction : 6,5 M€.

OPCI, Groupama Gan Pierre 1, Groupama Gan REIM, acquisition

Groupama Gan REIM, pour le compte de l’OPCI Groupama Gan Pierre 1, a annoncé l’acquisition d’une nouvelle plateforme logistique. Située sur le parc logistique Actipole de l’A2, à proximité immédiate de Cambrai, l’actif, neuf, développe plus de 52 000 m². Il est loué à un spécialiste de la vente de solutions logistiques sur la base d’un bail d’une durée ferme de neuf années. Prix de la transaction : 35,9 M€ (droits inclus).

SCPI, PFO, Perial Asset Management, acquisition

Perial Asset Management annonce un nouvel investissement en Allemagne pour le compte de la SCPI PFO. Il s’agit de l’hôtel Star Inn Comfort, situé à Stuttgart. L’immeuble, récent (construit en 2015), développe une surface de 4 861 m² pour 159 chambres. Il est loué au groupe Star Inn Hotels dans le cadre d’un bail double net, d’une durée ferme de 25 ans.

OPPCI, Impact Investing, Swiss Life Asset Managers France, acquisition

Swiss Life Asset Managers France et Cedrus & Partners ont acquis en VEFA (vente en l’état futur d’achèvement) une résidence étudiants, à Dijon, pour le compte de l’OPPCI Immobilier Impact Investing. Une première acquisition idéalement située au cœur du nouveau pôle de la Cité internationale de la gastronomie et du vin. La livraison de la résidence (144 lots) est prévue pour la rentrée universitaire 2021. Elle sera exploitée par Réside Etudes.

SIIC, Icade, acquisition

Icade Santé, filiale de la SIIC Icade (à 56,8%), a annoncé l’acquisition du Groupe Confluent (Nouvelles Cliniques Nantaises) qui détient l’Hôpital Privé du Confluent situé à Nantes. Au terme de la transaction, Icade Santé devient propriétaire de l’immobilier de cette société, d’une valeur de 194 millions d’euros. Développant près de 58 000 m2 pour 509 lits et places d’hospitalisation et 28 salles d’opération, l’Hôpital Privé du Confluent figure parmi les plus importantes cliniques privées. Il est loué par le groupe Vivalto Santé dans le cadre d’un bail ferme de 12 ans.

Immobilier résidentiel, Edmond de Rothschild, perspectives

Selon l’équipe de recherche économique d’Edmond de Rothschild, la croissance des prix de l’immobilier résidentiel pourrait rester soutenue en Allemagne, alors qu’elle devrait fléchir en France.
Si une stabilisation est attendue en Suisse, les prix devraient progresser au Royaume-Uni dans le cas où un Brexit sans accord serait évité. Ce sont les conditions de crédit avantageuses et, dans une moindre mesure, la croissance économique et l’inflation, qui ont soutenu la hausse des marchés immobiliers ces dernières années.

Assurance-vie, unités de compte immobilières, Sofidy, prédictions

La société de gestion Sofidy considère que la « baisse structurelle des taux d’intérêt menace directement la survie du fonds en euros ». Pour remplacer ces produits, dont les rendements qui frôlent désormais la barre de 1%, la «rotation vers les unités de compte immobilières est inéluctable ». Car, « avec un rendement moyen de 4,5% et une moindre volatilité, l’immobilier, plus précisément la pierre-papier, coche toutes les cases », précise Sofidy, en rappelant que la gamme large et variée des unités de compte immobilières (SCPI, OPCI grand public, SCI ou OPCVM investi sur des foncières cotées) doit permettre à l’épargnant, « selon ses convictions et son profil de risque, de trouver la solution qui lui correspond ».

SCPI, performances

Recul en septembre de l’échantillon de SCPI représentatives du marché mesuré par l’indice EDHEC IEIF Immobilier d’entreprise France. Sa performance, sur un an glissant, passe de 7,5% à 6,29%. Depuis le début de l’année à fin septembre, elle s’établit à 5,10%.

Frédéric Tixier

Après PF02, puis PF Grand Paris, c’est maintenant au tour de la SCPI PFO de bénéficier d’une revalorisation de son prix de souscription. Depuis le 1er juin, celui-ci est passé de 946 € à 966 €, soit une hausse de 2,11%. La SCPI, comme prévu, affiche un dividende trimestriel en légère progression.

Les actionnaires des SCPI Perial sont à la fête… Tous avaient déjà profité de dividendes en progression en 2018 (voir « SCPI Perial : des dividendes à la hausse ») et tous, désormais, auront bénéficié d’une revalorisation, plus ou moins significative, du prix de leurs parts.

Revalorisation de 2,11% pour PFO

Après la hausse des prix de souscription de PFO2 («PFO2 : revalorisation le 1er avril »), puis de PF Grand Paris, en mai dernier, celui de la SCPI PFO vient à son tour d’être revalorisé. Depuis le 1er juin, sa valeur est passée de 946 € à 966 €, soit une hausse de 2,11%. Pour Perial, « cette majoration reflète la bonne gestion de la SCPI », notamment « depuis l’orientation de sa stratégie vers les métropoles européennes ». Cette internationalisation, entamée en 2017, permet aujourd’hui à la SCPI PFO, auparavant essentiellement placée en actifs français, d’être présente à hauteur de 17% sur les marchés européens. Pour mener à bien son objectif de diversification, à la fois internationale, mais également sectorielle, la SCPI a investi 149 M€ l’an dernier, dont 65% à l’étranger.

Diversification internationale et sectorielle

La SCPI a privilégié, d’une manière générale, « des actifs sécurisés dans des marchés locatifs établis ». Hors de France, elle s’est plus volontiers portée acquéreur d’actifs plus acycliques que les actifs de bureaux et commerces, en privilégiant en particulier les hôtels (en Allemagne et aux Pays-Bas, notamment). Une stratégie qui lui permet d’allonger la durée d’engagement ferme de ses locataires, et qu’elle compte poursuivre en 2019, en Allemagne mais aussi en Espagne. PFO, qui n’a pas réalisé d’investissement au 1er trimestre, devrait toutefois prochainement annoncer l’acquisition d’un immeuble à usage mixte situé à Aix-en-Provence. Elle prévoit d’investir, au total, près de 120 M€ cette année. A noter que PFO, dont la collecte reste plus que soutenue (près de 18 M€ sur le 1er trimestre 2019, deux fois le niveau du 1er trimestre 2018), à l’instar de l’ensemble des SCPI Perial, dispose d’une avance confortable en termes d’investissements. L’an dernier, près des deux tiers de ses acquisitions ont été financées par emprunt.

Appréciation du patrimoine et hausse du dividende

La hausse du prix de souscription de PFO se justifie également du fait de l’appréciation du patrimoine de la SCPI. Sa valeur de reconstitution est passée de 994,67 € fin 2017 à 1 015,55 € fin 2018, soit une variation (2,10%) identique à celle décidée pour le prix de souscription. Sa nouvelle valeur (966 €) la positionne à 95,12% de la valeur de reconstitution. Comme PF Grand Paris, PFO reste donc, en dépit de cette revalorisation, légèrement décotée. Comme l’avait promis la société de gestion, le dividende de PFO est en progression sur le 1er trimestre. A 11,50 €, il progresse d’un peu plus de 2% par rapport au montant versé au 1er trimestre 2018 (11,25 €). A noter qu’à ce niveau de dividende, et compte tenu du nouveau prix de souscription, le rendement annualisé 2019 s’établit, pour l’heure, à 4,76%.

Frédéric Tixier


A propos de Perial(i)

Le Groupe Perial présidé par Eric Cosserat, est un groupe indépendant, pure player de l’immobilier depuis plus de 50 ans. Le Groupe Perial s’organise autour de 3 métiers : la gestion d’actifs immobiliers avec Perial Asset Management, la gestion locative et le syndic de copropriété avec Perial Property Management et la promotion immobilière avec Perial Développement. Le Groupe Perial emploie à ce jour près de 190 collaborateurs. Perial Asset Management, qui gère près de 3,7 milliards d’euros au 31/12/2018, distribue des produits SCPI, OPCI par l’intermédiaire des CGP, banques privées, compagnies d’assurance, réseaux nationaux et investisseurs institutionnels. Perial Asset Management compte 550 immeubles en portefeuille pour les fonds gérés, plus de 1500 entreprises locataires et 43 000 associés, porteurs de parts de SCPI et d’OPCI.

(i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société

Avec 2,1 Md€ collectés sur le 1er trimestre 2019, les SCPI ne rééditent pas l’exploit du 1er trimestre 2017 (2,4 Md€). Mais signent un nouveau bond en avant par rapport au 1er trimestre 2018 (+79%). La hiérarchie des sociétés de gestion les plus collectrices n’est en revanche pas bouleversée…

C’est confirmé : la collecte des SCPI repart de l’avant… Alors que plusieurs sociétés de gestion faisaient état, ces dernières semaines, d’un fort rebond du niveau des souscriptions enregistrées sur les premiers mois de l’année (voir notamment « +112,9% pour les SCPI Voisin »), les dernières données trimestrielles publiées par l’ASPIM et l’IEIF viennent homologuer cette tendance.

+79% par rapport au 1er trimestre 2018

Selon elles, les SCPI immobilier d’entreprise et résidentielles (non fiscales) ont bénéficié d’une collecte nette de 2,1 Md€ sur le 1er trimestre. C’est 79% de plus que le chiffre enregistré au 1er trimestre 2018. Certes les SCPI ne rééditent pas l’ « exploit » du 1er trimestre 2017 qui, avec une collecte nette de 2,4 Md€, demeure à ce jour le trimestre record. Mais ce fort rebond peut laisser entrevoir la perspective d’une année 2019 plus « collectrice » que prévu (voir « SCPI : quel niveau de collecte en 2019 ? »). Il peut même laisser penser que l’année 2018 n’aura été qu’une pause dans la croissance exponentielle des SCPI depuis fin 2016… L’IEIF souligne d’ailleurs que la collecte du 1er trimestre 2019 représente déjà « 41% du total collecté sur l’année 2018 ».


En réaction à la baisse des marchés financiers ?

Parmi les causes de ce sursaut, plusieurs gestionnaires évoquent un « effet marché », la baisse des marchés financiers, fin 2018, ayant poussé les épargnants à rechercher des placements non cotés moins volatils – et plus rentables -. Ils rappellent que les facteurs qui avaient pu impacter négativement la collecte des SCPI dès le second semestre 2017 (incertitudes fiscales notamment, avec la mise en place de l’IFI et l’exclusion des revenus fonciers au bénéfice de la flat tax) sont désormais moins prégnants. Côté ASPIM, on avance également la chute des marchés, mais aussi « l’éloignement de la perspective d’une remontée prochaine des taux d’intérêts » ou « la bonne santé des différents marchés locatifs immobiliers, en particulier celui des bureaux » comme des facteurs ayant pu contribuer « à la dynamique des souscriptions ». Pour Frédéric Bôl, son président, ce rebond « témoigne une nouvelle fois du professionnalisme des gérants et des distributeurs, qui ont su conserver la confiance des investisseurs en dépit des nouvelles contraintes réglementaires (MIF2, PRIIPs) imposant une présentation moins intuitive des produits ».

Le palmarès des sociétés de gestion les plus collectrices

Il est clair, en tout cas, que les sociétés de gestion les plus dynamiques en termes de collecte n’ont pas baissé la garde au 1er trimestre. Comme sur l’ensemble de l’année 2018, c’est Primonial REIM (voir « Collecte SCPI 2018 : Primonial REIM toujours en pole position ») qui s’impose au premier rang des gestionnaires les plus collecteurs. Avec ses SCPI Primovie et Primopierre aux 1ère et 3positions du classement, la collecte de Primonial est deux fois plus élevée (363 M€) qu’au 1er trimestre 2018 (183 M€). On retrouve également aux deuxième et troisième places Amundi Immobilier (276 M€, +62% vs 1T 2018) et Corum (192 M€, +53,7%). Le reste du classement est marginalement modifié, à l’exception près du score impressionnant enregistré par Perial Asset Management qui, avec une collecte en progression de +185% au 1er trimestre, passe de la 8à la 5place du palmarès trimestriel.


Le palmarès des SCPI les plus collectrices

Sans surprise, on retrouve dans le palmarès trimestriel des SCPI les plus collectrices les produits vedettes des sociétés de gestion les plus dynamiques. A noter toutefois le retour aux avant-postes de la SCPI Epargne Foncière, à la Française REIM, dont le prix de souscription a été revalorisé en janvier dernier et qui enregistre au 1er trimestre une collecte (125 M€) supérieure à celle de l’ensemble de l’année 2018 (117 M€). Et les débuts prometteurs des deux SCPI lancées par Altixia REIM en mars dernier (voir « Altixia REIM se lance sur le marché des SCPI »), et déjà dotées, chacune, de 10 M€ d’encours.

Frédéric Tixier


A propos de l’IEIF

Créé en 1986, l’IEIF est un centre d’études, de recherche et de prospective indépendant spécialisé en immobilier. Son objectif est de soutenir les acteurs de l’immobilier et de l’investissement dans leur activité et leur réflexion stratégique, en leur proposant des études, notes d’analyses, synthèses et clubs de réflexion. L’approche de l’IEIF intègre l’immobilier à la fois dans l’économie et dans l’allocation d’actifs. Elle est transversale, l’IEIF suivant à la fois les marchés (immobilier d’entreprise, logement) et les fonds immobiliers (cotés : SIIC, REIT ; non cotés : SCPI, OPCI, autres FIA).

L’IEIF compte aujourd’hui plus de 120 sociétés membres (2/3 d’investisseurs, 1/3 d’autres acteurs : promoteurs, banques, experts immobiliers, conseils en immobilier, etc.). Le patrimoine immobilier des membres investisseurs représente une valeur globale de près de 300 milliards d’euros. L’IEIF s’appuie sur une équipe de 20 personnes issues à la fois des mondes de la finance et de l’immobilier, dont 6 chercheurs associés. Il dispose de nombreuses bases de données économiques, financières et immobilières, dont certaines ont plus de 30 ans d’historique.

A propos de l’ASPIM

L’Association française des sociétés de placement immobilier (ASPIM) promeut, représente et défend les intérêts de ses adhérents, les gestionnaires de fonds d’investissement alternatif (FIA) en immobilier (SCPI, OPCI et autres FIA « par objet »). Créée en 1975, l’ASPIM est une association à but non lucratif qui réunit tous les acteurs du métier de la gestion des fonds immobiliers non cotés. Au 31 décembre 2018, les fonds d’investissement alternatifs (FIA) en immobilier (SCPI, OPCI, OPPCI et autres FIA) ont une capitalisation globale supérieure à 177 milliards €.

La SCPI de Perial dédiée au Grand Paris vient d’augmenter son prix de souscription, passé le 2 mai de 492 € à 510 €. Et la thématique parisienne séduit toujours autant les investisseurs : PF Grand Paris enregistre un fort rebond de ses souscriptions au 1er trimestre 2019. Comme d’ailleurs l’ensemble des SCPI de Perial AM…

« Le rebond de la collecte constaté au 1er trimestre pour les SCPI Perial augure une belle année », se félicite Eric Cosserat, le président de la société de gestion, dans l’édito du dernier bulletin trimestriel des trois SCPI du groupe.

Fort rebond de la collecte au 1er trimestre

Sur les 3 premiers mois de l’année, PFO2, la SCPI développement durable du groupe, a collecté 132 M€, soit environ 3 fois plus qu’au 1er trimestre 2018. Côté PFO et PF Grand Paris, les deux autres SCPI gérées par Perial AM, les souscriptions ont quant à elles quasiment doublé, à respectivement 22,8 M€ et 33,6 M€. Après Paref Gestion, qui a fait état d’un rebond de près de 100% de sa collecte brute («Paref Gestion : forte collecte en SCPI au 1er trimestre 2019 »), les chiffres annoncés par Perial Asset Management donnent donc le sentiment que la collecte des SCPI est vivement repartie à la hausse depuis ce début d’année, et que le millésime 2019 pourrait s’avérer meilleur que prévu.

Revalorisation du prix de souscription de PF Grand Paris

Les SCPI Perial ont toutes affiché des dividendes en progression en 2018 (« SCPI Perial : des dividendes à la hausse »). Les actionnaires de PF Grand Paris, après ceux de PFO2 («PFO2 : revalorisation le 1er avril »), vont également bénéficier d’une revalorisation du prix de leurs parts. Le 2 mai, le prix de souscription est passé de 492 € à 510 €, soit une progression de 3,6%. « Cette majoration reflète la bonne gestion de la SCPI PF Grand Paris depuis la réouverture de son capital au mois d’octobre 2017, et la revalorisation de son patrimoine constaté en fin d’année 2018. Elle vient concrétiser la stratégie de la SCPI qui a choisi de se concentrer sur le Grand Paris afin de bénéficier de la progression des valeurs de l’immobilier sur ce marché », explique Perial dans son communiqué.

Toujours décotée par rapport à la valeur de reconstitution

La valeur de reconstitution de la SCPI – calculée sur la base des valeurs d’expertises du patrimoine détenu – est effectivement passée de 544,49 € par part fin 2017 à 552,07 € par part fin 2018, soit une hausse de 1,39%. En dépit d’une revalorisation supérieure, le prix de souscription de PF Grand Paris reste néanmoins dans le bas de la fourchette autorisée, se positionnant à 92,38% de la valeur de reconstitution. Les parts de la SCPI, malgré une succession de réajustements ces derniers années (la valeur moyenne de la part – VPM – a progressé de 3,65% en 2018, après 9,48% en 2017), affichent donc toujours une décote attractive. PF Grand Paris, qui a subi un recul de son taux d’occupation au 1er trimestre (en raison de franchises importantes accordées en début d’année, mais dont l’impact sur le TOF « devrait être mécaniquement lissé en cours d’année », précise Perial) a, comme promis par le Directeur du Fund Management de la société de gestion («Yann Videcoq, Perial : « notre ambition, décarboner nos portefeuilles…» ), augmenté son 1er acompte sur dividende 2019. A 5,25 € par part, il progresse de 25 centimes, soit 5% de plus que le montant versé au 1er trimestre 2018…

Frédéric Tixier


A propos de Perial(i)

Le Groupe Perial présidé par Eric Cosserat, est un groupe indépendant, pure player de l’immobilier depuis plus de 50 ans. Le Groupe Perial s’organise autour de 3 métiers : la gestion d’actifs immobiliers avec Perial Asset Management, la gestion locative et le syndic de copropriété avec Perial Property Management et la promotion immobilière avec Perial Développement. Le Groupe Perial emploie à ce jour près de 190 collaborateurs. Perial Asset Management, qui gère près de 3,7 milliards d’euros au 31/12/2018, distribue des produits SCPI, OPCI par l’intermédiaire des CGP, banques privées, compagnies d’assurance, réseaux nationaux et investisseurs institutionnels. Perial Asset Management compte 550 immeubles en portefeuille pour les fonds gérés, plus de 1500 entreprises locataires et 43 000 associés, porteurs de parts de SCPI et d’OPCI.

(i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société

Deux de ses principaux atouts, « un niveau de rentabilité moyenne particulièrement attractif (autour de 4-4,5% par an) et une faible volatilité qui s’inscrit dans la durée », font des SCPI « le placement idéal pour s’assurer un complément de revenus », expose Jean Pitois, directeur du développement de Perial Asset Management, dans sa dernière tribune.

Dynamiser son épargne tout en se protégeant de la volatilité des marchés financiers, ce double objectif correspond parfaitement au comportement des SCPI (société civile de placement immobilier). Le produit a tous les atouts pour séduire les seniors désirant investir dans l’immobilier afin de s’assurer des revenus complémentaires.

Un produit adapté aux seniors – mais pas seulement -…

A l’approche de la retraite, la constitution d’une épargne performante et peu volatile constitue une priorité pour beaucoup d’épargnants. Dans ce contexte, la souscription de parts de SCPI paraît particulièrement adaptée aux seniors (mais pas seulement). Ce produit offre en effet deux atouts principaux : un niveau de rentabilité moyenne particulièrement attractif (autour de 4-4,5% par an) et une faible volatilité qui s’inscrit dans la durée. Ainsi, la SCPI est le placement idéal pour s’assurer un complément de revenus. Un objectif particulièrement recherché quand la pension de retraite ne permet plus de maintenir le niveau de vie atteint dans les dernières années de sa vie professionnelle. La SCPI présente bien d’autres avantages dont celui de délivrer son souscripteur de tout souci de gestion. Ce n’est pas le cas pour un propriétaire d’un logement loué qui doit affronter de nombreuses tracasseries financières et administratives (vacance de loyers entre deux baux, travaux, fiscalité, etc.). De son côté, le souscripteur de parts de SCPI encaisse son dividende trimestriel, tout en bénéficiant d’une mutualisation du risque : investir dans une SCPI consiste à investir dans un parc immobilier plutôt que dans un bien précis, et les SCPI veillent à diversifier leurs investissements. Il n’y a pas, en effet, de carence de revenus à déplorer sur certaines périodes lorsqu’on souscrit une part de SCPI, mais seulement la variation du taux d’occupation des immeubles.

Accessibles à partir de quelques milliers d’euros

Le produit permet également aux épargnants d’accéder à la souscription de parts à partir de montants modestes alors que l’achat d’un bien immobilier, notamment dans les grandes métropoles, demande la mobilisation de sommes très conséquentes. L’épargnant peut ainsi se constituer un patrimoine au fil de l’eau. D’autant que la souscription d’une part de SCPI peut s’effectuer à crédit dans un contexte actuel particulièrement favorable avec des taux d’emprunt très faibles comparés aux rendements attendus du placement. En outre, il est possible de loger ses parts de SCPI dans une assurance-vie. Afin de dynamiser le rendement de son contrat, l’épargnant peut décider d’allouer la part réservée aux fonds en euros, dont la rentabilité n’a cessé de décliner au cours des dernières années, à des parts de SCPI, offrant un couple rendement-risque bien plus attractif.

L’attrait pour les SCPI a d’autant plus d’intérêt qu’il s’agit de produits diversifiés. Les épargnants qui souhaitent investir dans l’immobilier ont souvent tendance à investir dans un seul type de bien : le logement résidentiel. Or, la détention de parts de SCPI permet plus aisément de diversifier son épargne. L’immobilier tertiaire est un bon exemple d’univers d’investissement très vaste combinant des caractéristiques différentes, allant des centres commerciaux aux immeubles de bureaux en passant par les hôtels, les résidences seniors, les écoles ou les cliniques. Dans cette logique de mutualisation du risque, il est également important de diversifier géographiquement ses placements en ne les limitant pas à une seule région ou un seul pays, ce que permet très facilement la souscription de parts de SCPI.

Anticiper sa retraite avec une SCPI en démembrement

Enfin, l’une des solutions les plus judicieuses consiste à souscrire des parts de SCPI en démembrement, quelques années avant la retraite. Le procédé permet à l’épargnant de faire l’acquisition de la nue-propriété de parts de SCPI en profitant d’une décote pouvant atteindre 30% par rapport au produit équivalent en pleine propriété. Pendant la durée du démembrement, s’étalant habituellement de 5 à 15 ans, le nu-propriétaire ne perçoit pas les revenus attachés à ces parts, qui sont distribués à l’usufruitier des parts de SCPI. A la fin du démembrement, le nu-propriétaire récupère la pleine propriété des parts de SCPI et de ses dividendes. Ce montage ingénieux permet par exemple de ne pas alourdir son assiette fiscale à la fin de sa vie active et de faire coïncider la fin du démembrement avec son départ en retraite, pour bénéficier à ce moment-là de revenus complémentaires.

Jean Pitois


A propos de Perial(i)

Le Groupe Perial présidé par Eric Cosserat, est un groupe indépendant, pure player de l’immobilier depuis plus de 50 ans. Le Groupe Perial s’organise autour de 3 métiers : la gestion d’actifs immobiliers avec Perial Asset Management, la gestion locative et le syndic de copropriété avec Perial Property Management et la promotion immobilière avec Perial Développement. Le Groupe Perial emploie à ce jour près de 190 collaborateurs. Perial Asset Management, qui gère près de 3,7 milliards d’euros au 31/12/2018, distribue des produits SCPI, OPCI par l’intermédiaire des CGP, banques privées, compagnies d’assurance, réseaux nationaux et investisseurs institutionnels. Perial Asset Management compte 550 immeubles en portefeuille pour les fonds gérés, plus de 1500 entreprises locataires et 43 000 associés, porteurs de parts de SCPI et d’OPCI.

(i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société

 

Une trentaine de SCPI, sur les quelque 90 véhicules commercialisés actuellement, ont offert à leurs souscripteurs des rendements 2018 supérieurs à ceux distribués en 2017. Et souvent également supérieurs à la moyenne du marché.

Si le rendement moyen des SCPI d’entreprise s’est érodé en 2018, passant de 4,43% à 4,35%, une trentaine d’entre elles affichent toutefois des rendements en hausse par rapport à 2017. Avec des progressions de plus de 1% pour les meilleures, inférieures à 0,1% pour les plus anecdotiques…

Des sociétés de gestion plus présentes que d’autres

On retrouve dans ce palmarès, assez logiquement, les véhicules les plus performants en valeur absolue. C’est le cas des deux SCPI de Corum, encore aux premières places cette année avec des rendements supérieurs à 7%, en hausse de 133 points pour Corum XL (7,91% vs 6,58%) et de 83 pour Corum Origin (7,28% vs 6,45%). Paref Gestion réalise également un joli tir groupé puisque 4 de ses 7 SCPI affichent une hausse de leur taux de distribution (DVM), notamment Novapierre Allemagne dont le rendement passe de 4,71% à 4,99% (+ 28 points). BNP Paribas REIM France est aussi bien placée, avec 3 véhicules sur 5 en progression. Pierre Sélection et France Investipierre, deux SCPI de taille moyenne (moins de 500 M€), font 30 points de mieux qu’en 2017 (respectivement 4,25% vs 3,94% et 4,72% vs 4,42%). Accès Valeur Pierre, plus imposante (avec une capitalisation de 1,2 Md€), ajoute 0,08% à sa rémunération de 2017 (4,44% vs 4,36%) quand la SCPI « paquebot » du groupe, Accimmo Pierre (2,5 Md€), baisse de 0,06% (4,02% vs 4,08%).

Des SCPI en solo

On peut également citer Perial Asset Management, dont deux SCPI sur trois progressent en termes de DVM, et Fiducial Gérance, avec deux SCPI sur cinq en progression, ou bien encore La Française REM, AEW Ciloger et Sofidy, qui placent au moins deux de leurs véhicules dans le palmarès des variations en hausse des DVM. Plusieurs sociétés ne gérant qu’une seule SCPI y figurent également, comme Groupama Gan REIM avec Affinités Pierre, Swiss Life REIM France avec Pierre Capitale, ou Immovalor Gestion avec Allianz Pierre


Frédéric Tixier

La SCPI développement durable gérée par Perial Asset Management va procéder à la revalorisation de son prix de souscription, de 194 € à 196 € (+1,03%). PFO₂ fait partie des 30 SCPI qui ont annoncé des taux de distribution 2018 en progression par rapport à l’exercice précédent.

La SCPI la plus « verte » du marché augmente son prix de souscription. PFO₂, 1er véhicule à s’être positionné, dès 2009, sur le créneau du développement durable, boucle une année 2018 fertile tant côté collecte (118,8 M€) et investissements (230 M€) que rendement (4,51%, soit 0,08% de mieux qu’en 2017).

Progression des valeurs d’expertise

Le patrimoine de la SCPI, qui a poursuivi l’an dernier son internationalisation entamée en 2017 avec une nouvelle implantation à Amsterdam, s’est en outre apprécié de 2,3% (à périmètre constant) entre fin 2017 et fin 2018. Une progression qui conduit PFO₂ à procéderà une revalorisation de la valeur de ses parts, pour la 1ère fois depuis 2016. Son prix de souscription passera, à compter du 1er avril prochain, de 194 € à 196 €, soit une progression de 1,03%. Rappelons que le minimum de souscription est fixé à 30 parts pour tout nouvel associé, et que le délai de jouissance des parts est au 1er jour du 6mois suivant la souscription. Les actionnaires existants qui, à la différence des porteurs des autres SCPI gérées par Perial Asset Management (PFO et PF Grand Paris), n’avaient pas bénéficié d’une variation du prix moyen de leur part en 2018, voient ainsi leur fidélité récompensée.

Dividende en hausse

PFO₂, à l’instar des autres véhicules Perial, a en outre prévu d’augmenter le niveau de ses dividendes en 2019. Ceux-ci devraient s’établir entre 8,80 € et 9,20 € par part (contre 8,60 € en 2018). Une augmentation anticipée et rendue possible par la stratégie d’investissement menée par Perial – une « parfaite adéquation entre collecte et investissement » et un « recours à l’endettement pour bénéficier de l’effet de levier », explique la société de gestion – ainsi que par une amélioration constante du taux d’occupation financier. Celui-ci s’établit en moyenne à 91,68% en 2018, soit « près de 150 points de base » de mieux qu’en 2017 précise Perial Asset Management. A noter toutefois que ce TOF, après être passé au-delà de 92% au 3trimestre, s’est légèrement dégradé au 4(90,74%).

Engagements en faveur du climat

La grande force de PFO₂ reste toutefois son positionnement et son engagement en faveur de la transition énergétique puisque sa stratégie est totalement axée autour de la « performance environnementale ». « PFO₂ a été lancée sur la base d’une conviction profonde : l’immobilier d’entreprise doit se conformer aux exigences légales applicables, mais également anticiper l’évolution des normes environnementales pour les transformer en opportunités de création de valeur durable », écrivait la société de gestion dans le dernier rapport annuel de la SCPI. Une conviction que le groupe Perial décline désormais sur l’ensemble de ses véhicules. La société de gestion vient d’ailleurs de publier son « Plan Climat 2030 » où elle chiffre précisément ses ambitions en termes de décarbonisation de ses activités. Un exemple à suivre.

Frédéric Tixier


A propos de Perial(i)

Le Groupe Perial présidé par Eric Cosserat, est un groupe indépendant, pure player de l’immobilier depuis plus de 50 ans. Le Groupe Perial s’organise autour de 3 métiers : la gestion d’actifs immobiliers avec Perial Asset Management, la gestion locative et le syndic de copropriété avec Perial Property Management et la promotion immobilière avec Perial Développement. Le Groupe Perial emploie à ce jour près de 190 collaborateurs. Perial Asset Management, qui gère près de 3,7 milliards d’euros au 31/12/2018, distribue des produits SCPI, OPCI par l’intermédiaire des CGP, banques privées, compagnies d’assurance, réseaux nationaux et investisseurs institutionnels. Perial Asset Management compte 550 immeubles en portefeuille pour les fonds gérés, plus de 1500 entreprises locataires et 43 000 associés, porteurs de parts de SCPI et d’OPCI. 

(i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société