Articles

Altixia lance son premier OPCI

La jeune société de gestion ajoute un OPCI à sa gamme de véhicules immobiliers grand public. Moins d’un an après le lancement des deux SCPI Altixia Cadence XII et Altixia Commerces. La gestion de la poche financière est confiée à Edmond de Rothschild AM.

Altixia va vite. Très vite. Moins d’un an après le lancement de ses deux premières SCPI, la société de gestion dirigée par Sonia Fendler met sur le marché un nouveau véhicule : Altixia Valeur. Cet OPCI grand public, classiquement, sera notamment éligible à l’assurance vie

Près de 50 M€ collectés en 2019, et des SCPI au top des palmarès

Altixia REIM, ex-Héraclès Gestion depuis février 2019, gère en effet deux SCPI présentées comme « disruptives ». La première, Altixia Cadence XII, est une SCPI généraliste, diversifiée sur l’ensemble des classes d’actifs immobiliers, à vocation européenne. Sa particularité : elle distribue des dividendes sur un rythme mensuel. La seconde, Altixia Commerces, se distingue par un positionnement original : le créneau du commerce et de la logistique du dernier kilomètre. En l’espace de 9 mois, elles auront collecté l’une et l’autre entre 20 et 25 M€ (48,2 M€ au total). Surtout, elles se sont imposées, dès leur premier exercice, aux premières places du palmarès annuel des SCPI. Altixia Commerces se positionne en effet à la deuxième place du classement IEIF, avec un taux de distribution -annualisé- de 6,28%. Et Altixia Cadence XII à la septième, avec un rendement -annualisé- de 6,12%.


Des ratios d’endettement dans le haut de la fourchette

Des résultats exceptionnels, mais obtenus au prix d’un endettement élevé. Altixia Cadence XII affiche en effet un ratio d’endettement[1] de 34% fin 2019. Celui d’Altixia Commerces est un peu moins tendu : 31%. Ils restent toutefois, l’un et l’autre, bien supérieurs à la moyenne du marché. Même si cette dernière a tendance à remonter ces derniers mois… Le taux d’endettement des deux SCPI d’Altixia reste toutefois inférieur au maximum autorisé par leurs statuts : 40%. Un niveau d’effet de levier dont dispose également le nouvel OPCI de la société de gestion. Altixia Valeur, officiellement lancé aujourd’hui, mais créé depuis novembre 2019, pourra en effet également s’endetter à hauteur de 40% de la valeur de ses actifs.

Altixia Valeur, majoritairement investi en actifs physiques

Ce nouvel OPCI sera en tout cas majoritairement investi en actifs immobiliers physiques. De 60% à 65% de l’encours du fonds. Il a d’ailleurs déjà procédé à un premier investissement, le 15 décembre dernier. Il s’agit de deux hôtels 3 et 4 étoiles en cours de construction situés à Tours. Exploités sous franchise Hilton, ils devraient être livrés au cours du 1er semestre 2021. Altixia REIM assurera, en interne, la gestion de cette poche physique confiée à Luc Bricaud, présent dans la société depuis février 2019. Sa stratégie : viser des « actifs neufs ou en développement, dans des zones géographiques reconnues ». La poche financière (35% au maximum des actifs) est en revanche déléguée à Edmond de Rothschild AM France.

La gestion de la poche financière déléguée à Edmond de Rothschild AM

Elle sera pilotée par Olivier Quinty. Celui-ci compte mettre en œuvre une « allocation prudente ». En construisant un portefeuille bénéficiant de « sources de performances les plus décorrélées possibles ». Pour ce faire, il investira sur des fonds obligataires, thématiques, ou multi-actifs. Donc, a priori, sans dominante immobilière. Le minimum de souscription initiale d’Altixia Valeur est fixé à 100 €, la valeur d’origine de la part P. Elle a déjà progressé de 2,21% en début novembre et fin décembre 2019.

Frédéric Tixier

[1] Le ratio d’endettement est le rapport entre l’endettement direct ou indirect de la SCPI et la valeur de ses actifs


Lire aussi

Altixia REIM se lance sur le marché des SCPI

Sonia Fendler, en direct de Patrimonia

 


A propos d’Altixia REIM(i)

Société de gestion, Altixia Reim présidée par Sonia Fendler est composée d’une équipe expérimentée. L’entreprise se démarque en proposant des montages réservés aux professionnels ou à une clientèle avertie (OPPCI, clubs, deals, SAS…) et des montages adaptés aux particuliers (SCPI et OPCI). Altixia Reim agit en totale indépendance dans le choix des investissements et dispose d’un savoir-faire en création de valeur rendu accessible aux particuliers.

 (i) Information extraite d’un document officiel de la société

Swiss Life Asset Managers ouvre un service de versements programmés pour la SCPI Pierre Capitale

La société de gestion d’actifs, qui gère notamment la SCPI Pierre Capitale et l’OPCI SwissLife Dynapierre, s’équipe à son tour d’un mécanisme d’épargne progressive. Pierre Capitale affiche un rendement 2019 identique à celui de 2018. La performance de Dynapierre est en hausse.

Ce service fait de plus en plus d’émules parmi les sociétés de gestion d’actifs immobiliers. Après Corum, Primonial REIM, La Française, Voisin, ou Fiducial Gérance – pour ne citer que les principales -, Swiss Life Asset Managers se met à son tour aux versements programmés.

Versements programmés : pour lisser les cycle des marchés

La technique est bien connue des investisseurs boursiers et des souscripteurs d’OPCVM exposés aux marchés financiers. Les versements ou investissements programmés permettent en effet de lisser les à-coups boursiers. Et donc de « moyenner » le prix de revient de ses placements. Il est en effet illusoire d’espérer systématiquement investir au plus bas d’un cycle de marché. Ou d’en sortir au plus haut. Il est donc préférable de fractionner son investissement, en plaçant de manière régulière et étalée dans le temps une partie de la somme initialement prévue. En procédant ainsi l’investisseur acquiert plus de titres (actions ou parts de fonds) lorsque les marchés baissent. Et moins, bien sûr, lorsqu’ils remontent. Mais il a profité de toutes les phases du marché. Et réduit le risque d’y entrer au plus mauvais moment, c’est-à-dire juste avant une baisse…

SCPI Pierre Capitale : des versements mensuels ou trimestriels

La technique des versements programmés revêt d’autres avantages. Elle permet également de commencer à épargner sans attendre d’avoir constitué un capital à placer. Tout en ajustant le montant de ses versements en fonction de ses revenus. Appliquée au cas spécifique des SCPI, c’est un atout important. Car elle positionne l’investisseur sur la durée, en phase avec le statut moyen/long terme inhérent à ce type de véhicule. Le nouveau service mis en place par Swiss Life Asset Managers (anciennement Swiss Life REIM) propose d’épargner à un rythme mensuel ou trimestriel. Pour le rendre accessible « au plus grand nombre », la société de gestion a orchestré, en amont, la division du prix de la part. Depuis le 2 janvier dernier, le prix de souscription de Pierre Capitale est en effet passé de 1 000 € à 200 €.

Pierre Capitale : 4,5% de rendement en 2019

Pour pouvoir bénéficier du service, il faut toutefois passer par la case souscription initiale. Qui demeure fixée à 5 000 €. Pierre Capitale, une SCPI lancée en 2017, est un modèle de régularité. Comme en 2018, elle affiche en 2019 un taux de rendement de 4,5%, en phase avec l’objectif affiché. Son credo : produire une performance pérenne autour de deux « moteurs » macro-économiques complémentaires. Le marché de l’emploi, d’une part. D’où son exposition au secteur des bureaux, dont la santé dépend en grande partie de ce facteur. Et celui de la consommation, d’autre part, captée au travers de l’immobilier de service et de commerce. Pour y parvenir, le gestionnaire privilégie des actifs de qualité. Et implantés sur des marchés « établis ». D’où le choix de Paris, en France, et de Munich, en Allemagne, où la SCPI est pour l’heure essentiellement et équitablement investie.

Relance des souscriptions ?

La SCPI détient à ce jour 8 actifs, dont 5 situés dans les 13e et 14e arrondissements parisiens. Selon le gérant, ces derniers bénéficient de « l’appréciation des valeurs locatives entraînées par les valeurs prime de Paris QCA ». Autrement dit, leur valeur de revente s’est revalorisée… Pierre Capitale, en revanche, collecte peu. A peine 15 M€ au cours des deux dernières années. La mise en place des versements programmés est d’ailleurs sans doute destinée à relancer les souscriptions. Si celles-ci repartaient à la hausse, nul doute que Swiss Life Asset Managers serait en mesure de les investir dans de bonnes conditions. La société de gestion, qui gérait plus de 80 Md€ d’actifs immobiliers fin 2018, est en effet très active. Elle s’est notamment distinguée l’an dernier en mettant la main sur le portefeuille logistique de Terreïs.

Collecte et performance en hausse pour Dynapierre

D’ailleurs, l’autre fonds grand public de Swiss Life AM, l’OPCI SwissLife Dynapierre, connaît une croissance plus significative de ses encours. En 2019, il a collecté près de 370 M€. 5 fois plus qu’en 2018. Et procédé à de nombreuses acquisitions. Dont l’emblématique The Box, un immeuble en cours de construction situé derrière la Grande Arche de La Défense. Il vient également de se porter acquéreur d’un autre immeuble de bureau en VEFA, à Bordeaux cette fois. Présent dans 5 pays européens – dont l’Italie et la Belgique depuis 2019 -, l’OPCI est majoritairement investi en actifs physiques (près de 56 %). Sa faible exposition aux foncières cotées (3,2 %) l’aura empêché de profiter pleinement de l’envolée de ce secteur l’an dernier. Il n’en affiche pas moins une performance de 5,52 %[1] en 2019. Supérieure à celle de 2018 (5,17 %). Et à celle de la moyenne du marché (5,40 %).

Frédéric Tixier

[1] Performance de la part C, dividendes réinvestis.


Lire aussi

Swiss Life Asset Managers finalise l’acquisition du portefeuille Terreïs

L’interview du gérant des fonds immobiliers grand public de Swiss Life AM

 


A propos de Swiss Life Asset Managers(i)

Swiss Life Asset Managers compte plus de 160 ans d’expérience dans la gestion des actifs du groupe Swiss Life. Ce lien étroit avec l’assurance conditionne sa philosophie d’investissement qui a pour principal objectif d’avoir une approche responsable des risques.  Ainsi, nous créons le socle permettant à nos clients de planifier leurs investissements de manière sûre et à long terme, en toute liberté de choix et confiance financière. Cette approche qui a fait ses preuves permet également à des clients tiers basés en Suisse, en France, en Allemagne, au Luxembourg et en Grande-Bretagne de bénéficier des services proposés par Swiss Life Asset Managers. Au 30 juin 2019, Swiss Life Asset Managers gérait 225 milliards d’euros d’actifs pour le groupe Swiss Life, dont plus de 71,6 milliards d’euros de placements pour des clients tiers..

 (i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société