Articles

L’immobilier résidentiel : une classe d’actifs prisée par les institutionnels

On savait déjà que le résidentiel, remarqué pour sa résilience pendant la crise sanitaire, attirait de plus en plus les investisseurs institutionnels. ImmoStat, qui vient d’ajouter le suivi de l’investissement dans cette classe d’actifs à ses indicateurs, le confirme. Le courtier CBRE estime d’ailleurs que le résidentiel pourrait devenir l’un des premiers segments de l’immobilier d’investissement à l’horizon 2030.

Les membres du groupement ImmoStat[1] ont décidé d’ajouter le suivi des investissements dans la classe d’actifs résidentiels à leurs indicateurs. Les spécialistes de l’immobilier d’entreprise se sont pour l’occasion associés à quatre partenaires présents sur le marché résidentiel : Catella, BPCE, Foncia Valorisation, et Ikory. Ce nouvel indicateur du montant de l’investissement résidentiel en France n’a toutefois pas vocation à recenser l’ensemble des transactions.

5,5 milliards d’euros investis dans le résidentiel en 2020

Il se concentre en effet exclusivement sur les opérations en bloc réalisées par des investisseurs professionnels. La définition d’ImmoStat est précise. «Le montant de l’investissement résidentiel représente le volume global des actifs résidentiels en bloc (les logements classiques et intermédiaires, les résidences étudiantes et séniors (hors EHPAD), coliving) lors de transactions dont l’acquéreur est un investisseur. Et dont le montant acte en main est supérieur à 1 million d’euros », détaille le groupement. Sont en outre exclus de ce périmètre les logements sociaux purs. Le niveau 2020 de ces investissements résidentiels s’établit à 5,5 Md€. C’est 41% de plus qu’en 2019. Sur ce total, les actifs résidentiels classiques et intermédiaires représentent 4,7 Md€. Ce poste a d’ailleurs progressé de 92% en un an. « L’année 2020 a notamment été boostée par les réservations de programmes neufs de CDC Habitat, pour près de 2 Md€ », précise le courtier CBRE.


Un marché structurellement confronté à un manque d’offres

Les actifs résidentiels gérés (814 M€) accusent en revanche un repli par rapport à 2019 (-43%). Mais, toujours selon CBRE, ce résultat « n’est pas représentatif de l’appétit des investisseurs ». Le marché, quelque peu assoupi depuis le début de la crise sanitaire, reste confronté à « un manque d’offres, constituées essentiellement de VEFA », considère le courtier. Ce manque d’offres est d’ailleurs l’une des caractéristiques essentielles du marché résidentiel en général. Le besoin en logement n’a jamais été aussi fort. CBRE rappelle que la transformation de bureaux en logements pourrait d’ailleurs être une solution pour répondre au manque de produits. Et à l’appétit croissant des investisseurs français mais aussi, désormais, internationaux.

Bientôt la première classe d’actifs immobiliers mondiale ?

Lesquels se positionnent de plus en plus sur le marché hexagonal, « qui répond en tout point à leurs stratégies sécurisées et à long terme », rappelle CBRE. Dans une enquête parue en 2020, le courtier estime d’ailleurs que le résidentiel devrait devenir, à l’horizon 2030, « l’une des premières classes d’actifs immobiliers, si ce n’est la première ». Dans cette perspective, le marché français offre un gros potentiel. Toujours selon CBRE, le secteur résidentiel en France ne représente que 10% des investissements immobiliers. Contre 40% en Europe…

Frédéric Tixier

[1] BNP Paribas Real Estate, CBRE, Cushman & Wakefield et JLL.


Lire aussi

Le modèle de « l’abonnement » devrait justifier une revalorisation du statut boursier des foncières résidentielles…

Les marchés résidentiels ont plutôt bien résisté en 2020


A propos d’Immostat(i)

ImmoStat est un groupement d’intérêt économique (GIE) créé en 2001 par les principaux conseils en immobilier d’entreprise : BNP Paribas Real Estate, CBRE, JLL et Cushman & Wakefield. Grâce à ses règles communes de traitement, le GIE ImmoStat restitue des informations harmonisées à ses membres. Il fournit des statistiques homogènes sur l’offre, la demande et les prix aux acteurs de l’immobilier, qu’ils soient utilisateurs ou investisseurs. Cette initiative originale renforce la lisibilité du marché et dote l’Ile-de-France d’un véritable organe de place qui contribue à son attractivité à l’international.

A propos de CBRE(i)

CBRE Group, société listée au Fortune 500 et au S&P 500 ayant son siège social à Los Angeles, est la plus grande société au monde dans le secteur des services et de l’investissement dans l’immobilier d’entreprise (en termes de chiffre d’affaires pour l’année 2019). La société emploie plus de 100 000 personnes (hors filiales). Et sert les investisseurs et les occupants de biens immobiliers par l’intermédiaire de plus de 530 bureaux (hors filiales) dans le monde entier. CBRE offre une large gamme de services intégrés. Notamment la gestion des installations, des transactions et des projets, la gestion immobilière, la gestion des investissements, l’évaluation et la valorisation, la location de biens immobiliers, le conseil stratégique, la vente de biens immobiliers, les services hypothécaires et les services de développement.

 (i ) Information extraite d’un document officiel de la société