Articles

Tous les rendements et performances des SCPI en 2020

Le taux de rendement moyen des SCPI en 2020 est de 4,18%. Un chiffre inférieur à celui de l’exercice précédent (4,40%). Mais qui cache, comme d’habitude, de fortes disparités. La mieux-disante affiche du… 10,40%. La moins performante, 0,38 %. Focus sur les performances de toutes les SCPI en 2020.

Le chiffre est tombé hier: 4,18%. Le rendement des SCPI en 2020 s’inscrit, comme attendu, en baisse par rapport à 2019 (4,40%). Leur performance globale, si l’on ajoute la variation des parts (+1,12%), ressort à 5,30%. En retrait elle aussi, comparée à 2019 (5,60%). Mais ces rendements et performances moyens masquent, comme d’habitude, de fortes disparités.

Des rendements compris en 0,38 % et 10,40 %

Les 102 SCPI investies en immobilier d’entreprise et en immobilier résidentiel recensées par l’IEIF affichent en effet des rendements compris entre 0,38% et 10,40%. En performance globale, la meilleure atteint 22,88%. La moins-disante, -14,36%. Des résultats liés à des opérations sur la valeur des parts qui ne reflètent toutefois pas la tendance du marché. Plus parlants sont en revanche les rendements obtenus par certains véhicules. On notera l’étonnant 10,40% de Corum Eurion, lancée l’an dernier par le gestionnaire Corum. Il s’agit toutefois d’un rendement exceptionnel, comme le reconnaît la société de gestion. Qui s’explique par la taille encore très faible du patrimoine (22 804 m² répartis sur 6 actifs). Et qui ne se reproduira pas en 2021. Eurion reste en revanche sur un objectif de 4,5% de rendement annuel. Corum, habituée des palmarès, place ses deux autres SCPI en 10e (Corum Origin ) et 11e (Corum XL) positions.

Habituées des premières places et nouvelles venues

Comme en 2019, on retrouve aussi dans les premières places des véhicules lancés en cours d’année. En 2019, c’étaient Néo et Altixia Commerces qui trustaient les pole positions. En 2020, deux nouvelles venues s’arrogent les 2e (Iroko Zen) et 5e (PF Hospitalité Europe) places. Leurs rendements, de respectivement 7,56% et 6,25%, sont toutefois à relativiser : il s’agit en effet de DVM « annualisés ». Kyaneos Pierre, la jeune SCPI sociétale résidentielle confirme sa résilience rentable. Et se hisse de nouveau dans le haut des palmarès, avec 6,10% (6,81% en 2019). Tout comme Cœurs de Régions, chez Sogenial Immobilier, qui fait encore mieux qu’en 2019 (6,30% vs 6,25%). Notons également les bons résultats d’ActivImmo, la seule SCPI logistique du marché. Et des deux SCPI régionales, Vendôme Régions (Normal Capital) et Cap Foncières & Territoires (Foncières & Territoires).

56 SCPI au-dessus de la moyenne du marché

Vingt-cinq des 102 SCPI affichent un rendement supérieur à 5%. Et cinquante-six sont au-dessus de la moyenne du marché (4,18%). Seules 12 SCPI ont connu une baisse du prix de leurs parts. 41 valeurs de parts ont en revanche été révisées à la hausse.

Frédéric Tixier


Lire aussi

SCPI : 4,18% confirmé en 2020

2020, une année fertile en lancements de produits immobiliers


A propos de l’IEIF(i)

Créé en 1986, l’IEIF est un centre d’études, de recherche et de prospective indépendant spécialisé en immobilier. Son objectif est de soutenir les acteurs de l’immobilier et de l’investissement dans leur activité et leur réflexion stratégique, en leur proposant des études, notes d’analyses, synthèses et clubs de réflexion. L’approche de l’IEIF intègre l’immobilier à la fois dans l’économie et dans l’allocation d’actifs. Elle est transversale, l’IEIF suivant à la fois les marchés (immobilier d’entreprise, logement), les fonds immobiliers (cotés : SIIC, REIT ; non cotés : SCPI, OPCI, FIA) et le financement.

A propos de l’ASPIM(i)

L’Association française des Sociétés de Placement Immobilier (ASPIM) représente et défend les intérêts de ses adhérents, les gestionnaires de fonds d’investissement alternatif (FIA) en immobilier (SCPI, OPCI et autres FIA « par objet »). Créée en 1975, l’ASPIM est une association à but non lucratif qui réunit tous les acteurs du métier de la gestion des fonds immobiliers non cotés. En France, au 31 décembre 2019, les FIA en immobilier représentaient une capitalisation totale de 231 milliards d’euros.

 (i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société

Corum confirme l’objectif de performance 2020 de ses SCPI  

Les trois SCPI de Corum, Corum Origin, Corum XL, et Eurion délivreront bien des performances en phase avec leurs objectifs. Mais, à l’exception de Corum XL, qui pourrait faire mieux (5,5% vs 5% d’objectif), pas de bonus à espérer en 2020.  

« Nos objectifs annuels de performance seront tenus », annonce Corum Asset Management, dans un communiqué publié le 9 septembre dernier. La société de gestion des SCPI Corum Origin, Corum XL et Eurion, explique en effet que la crise sanitaire n’a eu que peu d’impact sur la rentabilité de ses véhicules.

Niveau d’encaissement des loyers « proche de la normale »

Certaines entreprises locataires ont de fait demandé des reports ou des suspensions de loyer. « Environ 40% des locataires nous avaient contacté en mars dernier », constatait le gestionnaire dans les derniers bulletins des SCPI Corum Origin et Corum XL. Leurs gérants ont de fait accepté, « de manière marginale », quelques reports de loyers. Mais sans que cela affecte « le taux d’encaissement par rapport au mois précédent ». Le niveau d’encaissement est donc « proche de la normale ». Ce qui permettra de « préserver le niveau des dividendes mensuels servis aux épargnants », précise Corum L’Epargne, l’une des marques de Corum Asset Management. Pour la SCPI historique, Corum Origin, l’objectif de performance annuelle de 6% est donc maintenu.

Objectif de 6% pour la SCPI Corum Origin

Rappelons que cette SCPI a jusqu’à présent très largement, et systématiquement, délivré un rendement supérieur à cet objectif. L’an dernier, il était de 6,25%. Il s’était même hissé à 7,28% en 2018, année où Corum AM avait décidé d’arrêter de constituer un report à nouveau. Et avait distribué le solde existant aux associés de la SCPI. Les années précédentes, Corum Origin était également au delà de son objectif, avec 6,45%, 6,45% et 6,30% respectivement en 2017, 2016 et 2015. Cette année, la promesse sera tenue. Mais a priori, sans bonus. Sur les huit premiers mois de l’année 2020, Corum Origin – qui, à l’instar des autres SCPI de Corum, distribue sur un rythme mensuel -, a déjà versé 5,39 € par mois en moyenne. Contre 5,45€ théoriques, pour atteindre le montant annuel de 65,40€ et l’objectif des 6%.

Une performance sans doute supérieure à 5,5% pour Corum XL

Il faudra donc que les 4 derniers acomptes sur dividendes de Corum Origin soient au moins, en moyenne, de 5,56 €. Pour parvenir au moins aux 6% espérés. Du côté de Corum XL, lancée il y a 3 ans, le compte est déjà bon. Plus que bon, même. La SCPI internationale a déjà distribué, en moyenne, 0,90 € par mois. Soit 0,12 € de plus que le niveau nécessaire (0,78 €) pour atteindre l’objectif de 5% (9,45 € de dividende cible). Cette avance explique pourquoi Corum AM annonce une performance 2020 qui « devrait d’ailleurs dépasser les 5,5% ». Même dans cette hypothèse, Corum XL fera toutefois elle aussi moins bien que les années précédentes. Rappelons qu’elle s’était hissée aux premières places des palmarès les années précédentes. Avec des performances de respectivement 6,26%, 7,91% et 6,58% en 2019, 2018 et 2017.

La SCPI Eurion maintient elle aussi son objectif de 4,5%

Côté Eurion, enfin, le dernier véhicule lancé juste avant la période de confinement, l’objectif initial de 4,5% (dividende de 8,25 € sur 11 mois) est lui aussi maintenu. En dépit du contexte, la SCPI a connu selon Corum un franc succès auprès des épargnants. Elle aurait en effet collecté près de 30 M€ au cours des 5 mois suivant son lancement. Soit beaucoup plus que les autres SCPI de Corum qui, dans les mêmes délais et circonstances, n’avaient collecté qu’environ 5 M€ (Corum Origin) et 10 M€ (Corum XL). Fin juin, la SCPI avait déjà investi dans deux immeubles, tous deux situés en Irlande (dont l’un est occupé par Google…)

Au-dessus de la moyenne du marché

Si Corum AM peut s’enorgueillir d’afficher des performances prévisionnelles toujours en phase avec ses objectifs, les résultats 2020 seront néanmoins inférieurs à ceux des années précédentes. A l’image de l’ensemble du marché : on attend en effet un DVM moyen en deçà de 4% cette année. Contre 4,4% en 2019. Les SCPI Corum AM devraient donc, une nouvelle fois, se situer dans la fourchette haute…

Frédéric Tixier


Lire aussi

Comment les SCPI vont-elles traverser la crise ?

Eurion, la 3e SCPI de Corum


A propos de Corum(i)

CORUM L’Épargne est une marque de CORUM Asset Management, société de gestion, filiale du groupe CORUM Butler. Le groupe dont le capital est exclusivement détenu par ses dirigeants et gérants est spécialisé dans l’épargne immobilière et le crédit aux entreprises à destination des clients particuliers et institutionnels. CORUM Origin, CORUM XL et EURION sont gérées par CORUM Asset Management, société de gestion de portefeuille indépendante.

 (i) Information extraite d’un document officiel de la société

Les SCPI toujours actives pendant la crise

La crise du coronavirus et le confinement ont très fortement réduit les transactions immobilières. Mais le marché n’est pas totalement gelé. Preuve en est : certaines SCPI ont finalisé des opérations initiées avant la crise. Et continuent de mener des négociations. Revue de détails.     

Il s’agit, pour l’essentiel, d’opération initiées avant la période de confinement. Mais pas que… Les SCPI, qui disposent pour la plupart de liquidités importantes – et continuent à collecter -, poursuivent les acquisitions et cessions d’actifs en cours. Plusieurs transactions ont été finalisées au cours des dernières semaines. D’autres sont à venir. Etat des lieux, par société de gestion.

Advenis REIM

Le gestionnaire des SCPI Eurovalys et Elyalis annonçait début mars l’acquisition d’un immeuble de bureaux à Gaimersheim, en Bavière. Prix de la transaction : environ 25 M€ hors droits. Quelques jours auparavant, la toute jeune SCPI Elyalis procédait à son premier investissement à Madrid. Pour 15,5 M€.

Amundi Immobilier

La structure dédiée à l’immobilier du groupe Amundi avait réalisé 3,8 Md€ d’acquisitions en 2019. Pour le compte de ses SCPI et OPCI grand public, mais aussi pour l’ensemble de ses fonds sous gestion. Elle vient de procéder à plusieurs nouvelles opérations. En avril 2020, elle a notamment annoncé l’acquisition de son premier actif de bureaux à Barcelone (8 330 m²) et à Varsovie (11 529 m²). Ainsi qu’une plateforme logistique (occupée par Zalando) en Allemagne.

Atream

La société de gestion spécialisée sur le secteur du tourisme et de l’hôtellerie a annoncé en mars deux nouvelles acquisitions en Allemagne. Il s’agit des murs de l’hôtel et des infrastructures récréatives du Center Parcs Nordseeküste, pour un montant de 11,8 M€. Et des murs de l’hôtel B&B Stuttgart Airport, pour un montant de 10,6 M€. Ces deux opérations ont été réalisées pour le compte de la SCPI Atream Hôtels.

BNP Paribas REIM

La division immobilière de BNP Paribas a annoncé le 17 avril l’acquisition d’un immeuble de bureaux neuf d’une surface totale de 25 000 m². Livré fin 2019, cet actif se situe dans le nouveau quartier des Docks de Saint-Ouen. Il accueille le siège de la Région Île-de-France. L’opération a été réalisée pour le compte de la SCPI Accimmo Pierre. Le montant de transaction dépasserait les 200 M€

Corum

Le gestionnaire des SCPI à succès Corum Origin et Corum XL a annoncé, le 25 mars, la première acquisition de sa nouvelle SCPI Eurion. Cette dernière s’est portée acquéreur des murs d’un supermarché situé près de Cork, en Irlande. Prix d’acquisition : 6,1 M€. Rendement estimé à l’acquisition : 7,44% acte en main.

Foncia Pierre Gestion

La société de gestion récemment passée sous la coupe de BlackFin Capital Partners a finalisé fin février son 1er investissement en Belgique. L’opération a été réalisée pour le compte de 3 de ses SCPI : Foncia Cap’Hebergimmo, à hauteur de 51% ; Foncia Pierre Rendement pour 30% ; et Placement Pierre, pour 19%. Le montant total de la transaction est supérieur à 57 M€.

Groupama Gan Reim

Le gestionnaire des SCPI Affinités Pierre et de l’OPCI Groupama Gan Pierre 1 poursuit visiblement l’optimisation de ses patrimoines. Il annonçait notamment le 14 avril dernier la cession d’une boutique située au centre-ville de Cannes. L’opération génère une plus-value de 34% pour l’OPCI Groupama Gan Pierre 1. Quelques jours plus tôt, il communiquait sur l’acquisition d’un commerce à Paris. Pour le compte cette fois d’un OPPCI (Groupama Gan Retail France).

La Française REM

La société de gestion dirigée par Marc Bertrand a finalisé en avril l’acquisition d’un immeuble de bureaux dans le 17e arrondissement parisien. Il s’agit d’un ensemble de plus de 10 000 m², siège social du groupe Rexel. Le prix de la transaction serait supérieur à 100 M€. L’opération a été menée pour le compte des SCPI Epargne Foncière (40 %), Eurofoncière 2 (10 %), LF Grand Paris Patrimoine (40 %) et Multimmobilier 2 (10 %). La SCPI LF Europimmo vient pour sa part d’annoncer (le 17 avril) l’acquisition d’un premier actif au Royaume-Uni. Il s’agit d’un immeuble mixte situé Bartholomew Close, à Londres. Le prix net vendeur est de M£. Et le taux de rendement initial ressort à 3,9 %.

Norma Capital

La société de gestion de la SCPI Vendôme Régions a fortement investi au cours du 1er trimestre. Elle a en effet acquis durant cette période 6 nouveaux actifs, pour un total de 22 M€. Il s’agit majoritairement d’immeubles de bureaux, situés en province. Les acquisitions comprennent également un immeuble de commerces situé à Montlhéry (91). Et une boutique située rue de Clichy, dans le 9e arrondissement parisien.

Novaxia

La SCPI Neo, gérée par Novaxia, a procédé à sa 5e acquisition. Il s’agit d’un « data center » situé à Nanterre, d’une surface de 3 256 m². Il est actuellement loué à Interxion, une entreprise spécialisée dans la location d’espaces de data center, pour un bail résiduel de 4,6 ans. Selon Novaxia, le rendement acte en main de cette opération est de 6,68 %

Perial AM

Perial AM a réalisé coup sur coup trois acquisitions pour ses SCPI PFO2 et PFO. Et en mars, cette dernière se portait acquéreur d’un immeuble de bureaux à Amsterdam. Pour environ 24 M€. En février, PFO2 devenait quant à elle propriétaire d’un immeuble de bureaux neufs situé dans la périphérie de Rennes. Pour environ 35,9 M€. Elle vient d’annoncer, le 20 avril, une nouvelle opération, aux Pays-Bas cette fois. Il s’agit de l’immeuble Deloitte Building situé à Utrecht. L’actif comprend 7 127 m² de bureaux et 154 emplacements de parking. Prix de l’opération : 28,8 M€. Il s’agit de la 9e acquisition aux Pays-Bas de PFO2.

Primonial REIM

Primonial REIM a finalisé le 12 mars dernier l’acquisition de l’immeuble de bureaux « Le Valmy », situé à Montreuil (93). L’opération a été réalisée pour le compte de sa SCPI Primopierre. Et cet actif de 29 000 m² a été acquis auprès de la foncière Gecina. La transaction se serait faite sur la base d’un prix supérieur à 200 M€. Primonial REIM poursuit activement la recherche de nouveaux actifs. Y compris dans le secteur de l’hôtellerie. Il vient en effet de finaliser un partenariat avec B&B Hotels, un opérateur hôtelier français. En s’engageant à investir 50 M€ par an dans cette classe d’actifs au cours des 15 prochaines années.

Sofidy

Sofidy a finalisé le 11 mars une nouvelle acquisition : l’immeuble « Le Georges V », situé dans la ville de Montpellier. Cet actif, d’une surface de 2 597 m², a été acquis pour le compte de l’OPCI Sofidy Pierre Europe. Prix de l’opération : 5,9 M€

Swisslife AM

Swiss Life Asset Managers France a concrétisé début mars l’acquisition du portefeuille  « Margaux » comprenant quatre hôtels espagnols. L’opération a été réalisée pour le compte de l’OPCI SwissLife Dynapierre. Ce dernier s’est également engagé à acquérir un immeuble majoritairement de bureaux situé dans le « QCA » parisien.

Frédéric Tixier


Lire aussi

Coronavirus : surprise, crise et châtiment

Coronavirus, une crise économique pas du tout comme les autres

Focus sur les rendements et les performances des SCPI en 2019

Le taux de rendement moyen des SCPI en 2019 est de 4,40 %. C’est 6 points de mieux qu’en 2018. Ce taux moyen cache, comme d’habitude, de fortes disparités. La mieux-disante affiche du 7,26 %. La moins performante, 2,88 %. Focus sur les rendements et les performances de toutes les SCPI en 2019, y compris les SCPI « résidentiel ».

Le chiffre est tombé : 4,40 %. C’est la performance moyenne des SCPI d’entreprise en 2019. Un chiffre légèrement supérieur à l’exercice précédent (4,34 %). Et encore plus impressionnant si l’on tient compte de la variation des parts (+ 1,20 %). En l’ajoutant à la composante rendement, la performance 2019 des SCPI s’établit alors à 5,60 %. 24 points au-dessus du chiffre 2018…

Des rendements compris en 2,88 % et 7,26 % pour les SCPI immobilier d’entreprise

Les 87 SCPI investies en immobilier d’entreprise recensées par l’IEIF affichent des rendements compris entre 2,88 % et 7,26 %. En tête du classement, on retrouve en partie les mêmes véhicules que l’an dernier. Dont les SCPI Corum, qui se placent en 3e et 4e position. Contre les deux premières en 2018. Elles sont cette année devancées par des « petites nouvelles ». Ainsi, NEO, la SCPI sans commission de souscription, s’arroge-t-elle la première place, avec un DVM brut de 7,26 % (6,47 %, net de fiscalité étrangère). Juste suivie par une autre nouvelle venue, Altixia Commerces. Qui aligne un taux de distribution annualisé de 6,28 %. A la 5e place, Cœurs de Régions, chez Sogenial Immobilier, qui affiche un rendement identique à celui de 2018 : 6,25 %. Une autre SCPI d’Altixia REIM se place à la 6e place, avec un taux, lui aussi annualisé, de 6,12 %.

SCPI résidentielles non fiscales : 1,64 % de rendement moyen

Côté SCPI investies en actifs résidentiels, mais ne bénéficiant pas d’un avantage fiscal, le taux de rendement le plus élevé est à porter au crédit de Kyaneos Pierre. La jeune SCPI sociétale réalise son premier exercice complet en distribuant du 6,81 %. Ce qui la placerait au second rang des SCPI d’entreprise. La meilleure en termes de performance globale est Novapierre Résidentiel, avec un total rendement plus variation de la part de 8,92 %. La revalorisation de son prix est en effet le crédo de cette SCPI, qui a changé de nom en 2019. L’ensemble de la catégorie, qui s’étoffe année après année, affiche un rendement moyen de 1,64 %. Et une performance globale, VPM inclus, de 7,13 %.




Frédéric Tixier


Lire aussi

Collecte des SCPI en 2019 : nouveau record à 8,5 Md€

NEO : la 1ère SCPI sans commission de souscription

Altixia REIM se lance sur le marché des SCPI

Seconde revalorisation annuelle pour Cœur de Régions

Kyaneos Pierre : le résidentiel « vert » fait recette

Pierre 48 devient Novapierre Résidentiel

 


A propos de l’IEIF(i)

Créé en 1986, l’IEIF est un centre d’études, de recherche et de prospective indépendant spécialisé en immobilier. Son objectif est de soutenir les acteurs de l’immobilier et de l’investissement dans leur activité et leur réflexion stratégique, en leur proposant des études, notes d’analyses, synthèses et clubs de réflexion.
L’approche de l’IEIF intègre l’immobilier à la fois dans l’économie et dans l’allocation d’actifs. Elle est transversale, l’IEIF suivant à la fois les marchés (immobilier d’entreprise, logement), les fonds immobiliers (cotés : SIIC, REIT ; non cotés : SCPI, OPCI, FIA) et le financement.

A propos de l’ASPIM(i)

L’Association française des sociétés de placement immobilier (ASPIM) promeut, représente et défend les intérêts de ses adhérents, les gestionnaires de fonds d’investissement alternatif (FIA) en immobilier (SCPI, OPCI et autres FIA « par objet »). Créée en 1975, l’ASPIM est une association à but non lucratif qui réunit tous les acteurs du métier de la gestion des fonds immobiliers non cotés. En France au 31 décembre 2018, les fonds d’investissement alternatifs (FIA) en immobilier (SCPI, OPCI, OPPCI et autres FIA) avaient une capitalisation globale de 180 milliards d’euros.

 (i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société

Eurion, la 3e SCPI de Corum

La société de gestion Corum annonce le lancement d’une troisième SCPI. Eurion, elle aussi à vocation européenne, ambitionne un taux de rendement… inférieur à celui de ses deux ainées, Corum Origin et Corum XL.

Pour une fois, Corum ne compte pas faire mieux… mais aussi bien que le marché. Sa nouvelle SCPI, Eurion, affiche en effet un objectif de rendement de 4,5%. Soit, peu ou prou, le taux moyen attendu pour les SCPI en 2019. Et en deçà des performances affichées par ses deux SCPI précédentes qui, depuis leur création, caracolent aux premières places des classements annuels…

Corum Origin et Corum XL, aux premières places des classements

La SCPI Corum Origin, lancée voilà maintenant 8 ans, affiche encore en 2019 un taux de distribution de 6,25%. Corum XL, créée en 2017, et en partie investie en dehors de la zone euro, la dépasse d’une courte tête : 6,26%. Toutes les sociétés de gestion n’ont pas encore publié leur rendement 2019. Il est donc encore trop tôt pour savoir si ces deux SCPI se placeront, une nouvelle fois, en tête des classements. Elles n’en seront sans doute pas éloignées. En tout cas, elles auront de nouveau atteint et dépassé leurs objectifs. Fixés respectivement à 6% pour Corum Origin. Et à 5% pour Corum XL.

Eurion, pour profiter d’autres opportunités du marché

Pourquoi alors lancer une nouvelle formule de placement aux objectifs moins ambitieux ? D’abord parce que cette nouvelle SCPI va permettre à Corum AM d’élargir son spectre d’investissement. Compte tenu des exigences de rentabilité de ses deux premières SCPI, la société de gestion écarte en effet régulièrement « des investissements qui représentent de réelles opportunités de marché », explique Frédéric Pouzin, président de Corum l’Epargne -une marque de Corum Asset Management-. Qui donne en exemple l’immeuble Moxy by Marriott, situé à Francfort. Celui-ci a exceptionnellement été acquis par la SCPI Corum Origin, malgré un rendement inférieur à l’objectif. Des immeubles similaires, offrant un fort potentiel de valeur, Corum AM en a identifié plusieurs dizaines depuis 2012. Ils constitueront désormais le cœur de cible de la SCPI Eurion.

Du 4,5%, en adéquation avec l’évolution du marché européen

Le taux de 4,5% serait en outre désormais « en adéquation avec l’évolution du marché européen ». Corum AM, pour atteindre cet objectif « non garanti », compte mettre en œuvre les recettes qui ont fait le succès de ses autres formules de placement. Opportuniste stratégique, en jouant sur les cycles de marchés européens. Ou opportunisme tactique, en saisissant des « accidents de marché ». Autrement dit des immeubles vendus en dessous du prix du marché. Eurion sera investie en zone euro, exclusivement. Elle bénéficiera de « l’ensemble des innovations » apportées par Corum L’épargne. C’est-à-dire, le versement mensuel des dividendes. Mais aussi la possibilité de réinvestir automatiquement tout ou partie des dividendes perçus. Ou d’investir via un plan d’investissement programmé, ajustable à la capacité de placement des épargnants. Le prix de la part est fixé à 200 €.


Frédéric Tixier


Lire aussi

Les performances des SCPI en 2018

Corum XL anticipe un rendement supérieur à 7,5% en 2018


A propos de Corum L’Epargne(i)

CORUM L’Épargne est une marque de CORUM Asset Management, société de gestion, filiale du groupe CORUM Butler. Un groupe dont le capital est exclusivement détenu par ses dirigeants et gérants est spécialisé dans l’épargne immobilière et le crédit aux entreprises à destination des clients particuliers et institutionnels. EURION est une SCPI gérée par CORUM Asset Management.

 (i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société

 

 

 

Avec 2,1 Md€ collectés sur le 1er trimestre 2019, les SCPI ne rééditent pas l’exploit du 1er trimestre 2017 (2,4 Md€). Mais signent un nouveau bond en avant par rapport au 1er trimestre 2018 (+79%). La hiérarchie des sociétés de gestion les plus collectrices n’est en revanche pas bouleversée…

C’est confirmé : la collecte des SCPI repart de l’avant… Alors que plusieurs sociétés de gestion faisaient état, ces dernières semaines, d’un fort rebond du niveau des souscriptions enregistrées sur les premiers mois de l’année (voir notamment « +112,9% pour les SCPI Voisin »), les dernières données trimestrielles publiées par l’ASPIM et l’IEIF viennent homologuer cette tendance.

+79% par rapport au 1er trimestre 2018

Selon elles, les SCPI immobilier d’entreprise et résidentielles (non fiscales) ont bénéficié d’une collecte nette de 2,1 Md€ sur le 1er trimestre. C’est 79% de plus que le chiffre enregistré au 1er trimestre 2018. Certes les SCPI ne rééditent pas l’ « exploit » du 1er trimestre 2017 qui, avec une collecte nette de 2,4 Md€, demeure à ce jour le trimestre record. Mais ce fort rebond peut laisser entrevoir la perspective d’une année 2019 plus « collectrice » que prévu (voir « SCPI : quel niveau de collecte en 2019 ? »). Il peut même laisser penser que l’année 2018 n’aura été qu’une pause dans la croissance exponentielle des SCPI depuis fin 2016… L’IEIF souligne d’ailleurs que la collecte du 1er trimestre 2019 représente déjà « 41% du total collecté sur l’année 2018 ».


En réaction à la baisse des marchés financiers ?

Parmi les causes de ce sursaut, plusieurs gestionnaires évoquent un « effet marché », la baisse des marchés financiers, fin 2018, ayant poussé les épargnants à rechercher des placements non cotés moins volatils – et plus rentables -. Ils rappellent que les facteurs qui avaient pu impacter négativement la collecte des SCPI dès le second semestre 2017 (incertitudes fiscales notamment, avec la mise en place de l’IFI et l’exclusion des revenus fonciers au bénéfice de la flat tax) sont désormais moins prégnants. Côté ASPIM, on avance également la chute des marchés, mais aussi « l’éloignement de la perspective d’une remontée prochaine des taux d’intérêts » ou « la bonne santé des différents marchés locatifs immobiliers, en particulier celui des bureaux » comme des facteurs ayant pu contribuer « à la dynamique des souscriptions ». Pour Frédéric Bôl, son président, ce rebond « témoigne une nouvelle fois du professionnalisme des gérants et des distributeurs, qui ont su conserver la confiance des investisseurs en dépit des nouvelles contraintes réglementaires (MIF2, PRIIPs) imposant une présentation moins intuitive des produits ».

Le palmarès des sociétés de gestion les plus collectrices

Il est clair, en tout cas, que les sociétés de gestion les plus dynamiques en termes de collecte n’ont pas baissé la garde au 1er trimestre. Comme sur l’ensemble de l’année 2018, c’est Primonial REIM (voir « Collecte SCPI 2018 : Primonial REIM toujours en pole position ») qui s’impose au premier rang des gestionnaires les plus collecteurs. Avec ses SCPI Primovie et Primopierre aux 1ère et 3positions du classement, la collecte de Primonial est deux fois plus élevée (363 M€) qu’au 1er trimestre 2018 (183 M€). On retrouve également aux deuxième et troisième places Amundi Immobilier (276 M€, +62% vs 1T 2018) et Corum (192 M€, +53,7%). Le reste du classement est marginalement modifié, à l’exception près du score impressionnant enregistré par Perial Asset Management qui, avec une collecte en progression de +185% au 1er trimestre, passe de la 8à la 5place du palmarès trimestriel.


Le palmarès des SCPI les plus collectrices

Sans surprise, on retrouve dans le palmarès trimestriel des SCPI les plus collectrices les produits vedettes des sociétés de gestion les plus dynamiques. A noter toutefois le retour aux avant-postes de la SCPI Epargne Foncière, à la Française REIM, dont le prix de souscription a été revalorisé en janvier dernier et qui enregistre au 1er trimestre une collecte (125 M€) supérieure à celle de l’ensemble de l’année 2018 (117 M€). Et les débuts prometteurs des deux SCPI lancées par Altixia REIM en mars dernier (voir « Altixia REIM se lance sur le marché des SCPI »), et déjà dotées, chacune, de 10 M€ d’encours.

Frédéric Tixier


A propos de l’IEIF

Créé en 1986, l’IEIF est un centre d’études, de recherche et de prospective indépendant spécialisé en immobilier. Son objectif est de soutenir les acteurs de l’immobilier et de l’investissement dans leur activité et leur réflexion stratégique, en leur proposant des études, notes d’analyses, synthèses et clubs de réflexion. L’approche de l’IEIF intègre l’immobilier à la fois dans l’économie et dans l’allocation d’actifs. Elle est transversale, l’IEIF suivant à la fois les marchés (immobilier d’entreprise, logement) et les fonds immobiliers (cotés : SIIC, REIT ; non cotés : SCPI, OPCI, autres FIA).

L’IEIF compte aujourd’hui plus de 120 sociétés membres (2/3 d’investisseurs, 1/3 d’autres acteurs : promoteurs, banques, experts immobiliers, conseils en immobilier, etc.). Le patrimoine immobilier des membres investisseurs représente une valeur globale de près de 300 milliards d’euros. L’IEIF s’appuie sur une équipe de 20 personnes issues à la fois des mondes de la finance et de l’immobilier, dont 6 chercheurs associés. Il dispose de nombreuses bases de données économiques, financières et immobilières, dont certaines ont plus de 30 ans d’historique.

A propos de l’ASPIM

L’Association française des sociétés de placement immobilier (ASPIM) promeut, représente et défend les intérêts de ses adhérents, les gestionnaires de fonds d’investissement alternatif (FIA) en immobilier (SCPI, OPCI et autres FIA « par objet »). Créée en 1975, l’ASPIM est une association à but non lucratif qui réunit tous les acteurs du métier de la gestion des fonds immobiliers non cotés. Au 31 décembre 2018, les fonds d’investissement alternatifs (FIA) en immobilier (SCPI, OPCI, OPPCI et autres FIA) ont une capitalisation globale supérieure à 177 milliards €.

Comme prévu, la société de gestion annonce le lancement d’une offre de souscription de parts de SCPI sous forme de versements programmés. Deux des SCPI de Fiducial Gérance sont éligibles à ce nouveau service : Ficommerce et Buroboutic.

Après Corum, La Française REIM, Voisin, Primonial REIM, et prochainement Perial AM, c’est Fiducial Gérance qui se lance aujourd’hui dans l’épargne immobilière programmée. Comme annoncé en mars dernier, la société de gestion vient de mettre en place un service permettant aux épargnants de souscrire à des parts de SCPI sous forme de versements réguliers.

Lisser les cycles des marchés

Cette technique de fractionnement, bien connue des investisseurs boursiers, fait donc de plus en plus d’émules parmi les sociétés de gestion d’actifs immobiliers. Son avantage : lisser les à-coups des marchés en « moyennant » le prix de revient de ses placements. Comme il est illusoire d’espérer systématiquement investir au plus bas d’un cycle et d’en sortir au plus haut, mieux vaut en effet fractionner son investissement en plaçant de manière régulière et étalée dans le temps une partie de la somme initialement prévue. De cette manière, l’investisseur acquiert plus de parts (actions, parts de fonds d’investissement, parts de SCPI…) lorsque les marchés sous-jacents sont en baisse et, bien sûr, moins lorsqu’ils remontent. Mais il a profité de toutes les phases, et a réduit le risque d’entrer sur son placement au plus mauvais moment, c’est-à-dire juste avant un repli.

Constituer une épargne progressivement

La technique des versements programmés revêt d’autres avantages. Elle permet également de commencer à épargner sans attendre d’avoir constitué un capital à placer, tout en ajustant le montant de ses versements en fonction de ses revenus. Appliqué au cas spécifique des SCPI, cet atout est important car il positionne l’investissement sur la durée, en phase donc avec le statut de moyen/long terme inhérent à ce type de véhicule. En outre, si la variation du prix des parts des SCPI est certes beaucoup moins volatile que celle d’une action, les versements programmés sont aussi un moyen de traverser plus sereinement les différents cycles que rencontrent également les marchés immobiliers.

Versements mensuels ou trimestriels

Le service proposé par Fiducial Gérance permet une fréquence de prélèvement mensuelle ou trimestrielle. Deux des SCPI de la société de gestion y sont éligibles : Ficommerce, une SCPI qui vient tout juste de revaloriser son prix de souscription, et Buroboutic, une autre SCPI de commerce passée en capital variable en 2017. L’investisseur doit au minimum investir chaque mois, ou chaque trimestre, l’équivalent de la valeur d’une part de la SCPI sélectionnée, soit 230 € pour Ficommerce ou 267 € pour Buroboutic. A condition qu’il soit déjà détenteur d’au moins 10 parts de la SCPI choisie… Si tel n’est pas le cas, il devra donc, préalablement à la mise en place des versements programmés, procéder à un premier versement équivalent à la valeur de ces 10 parts. Le service, précise Fiducial Gérance, « peut être modifié ou interrompu sur simple demande, et sans frais ».

Frédéric Tixier


A propos de Fiducial Gérance(i)

Fiducial Gérance est une des principales sociétés de gestion indépendantes du marché des SCPI. Avec près de 1,9 milliard d’euros d’actifs gérés, répartis sur 6 SCPI, Fiducial Gérance propose une gamme de SCPI complémentaire et différenciante (bureaux, commerce, résidentiel, résidences gérées, diversifiée), couvrant les différents segments du marché, ainsi qu’un fonds de fonds immobiliers, FIDIMMO. Fiducial Gérance gère également 6 groupements forestiers.

(i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société

Une trentaine de SCPI, sur les quelque 90 véhicules commercialisés actuellement, ont offert à leurs souscripteurs des rendements 2018 supérieurs à ceux distribués en 2017. Et souvent également supérieurs à la moyenne du marché.

Si le rendement moyen des SCPI d’entreprise s’est érodé en 2018, passant de 4,43% à 4,35%, une trentaine d’entre elles affichent toutefois des rendements en hausse par rapport à 2017. Avec des progressions de plus de 1% pour les meilleures, inférieures à 0,1% pour les plus anecdotiques…

Des sociétés de gestion plus présentes que d’autres

On retrouve dans ce palmarès, assez logiquement, les véhicules les plus performants en valeur absolue. C’est le cas des deux SCPI de Corum, encore aux premières places cette année avec des rendements supérieurs à 7%, en hausse de 133 points pour Corum XL (7,91% vs 6,58%) et de 83 pour Corum Origin (7,28% vs 6,45%). Paref Gestion réalise également un joli tir groupé puisque 4 de ses 7 SCPI affichent une hausse de leur taux de distribution (DVM), notamment Novapierre Allemagne dont le rendement passe de 4,71% à 4,99% (+ 28 points). BNP Paribas REIM France est aussi bien placée, avec 3 véhicules sur 5 en progression. Pierre Sélection et France Investipierre, deux SCPI de taille moyenne (moins de 500 M€), font 30 points de mieux qu’en 2017 (respectivement 4,25% vs 3,94% et 4,72% vs 4,42%). Accès Valeur Pierre, plus imposante (avec une capitalisation de 1,2 Md€), ajoute 0,08% à sa rémunération de 2017 (4,44% vs 4,36%) quand la SCPI « paquebot » du groupe, Accimmo Pierre (2,5 Md€), baisse de 0,06% (4,02% vs 4,08%).

Des SCPI en solo

On peut également citer Perial Asset Management, dont deux SCPI sur trois progressent en termes de DVM, et Fiducial Gérance, avec deux SCPI sur cinq en progression, ou bien encore La Française REM, AEW Ciloger et Sofidy, qui placent au moins deux de leurs véhicules dans le palmarès des variations en hausse des DVM. Plusieurs sociétés ne gérant qu’une seule SCPI y figurent également, comme Groupama Gan REIM avec Affinités Pierre, Swiss Life REIM France avec Pierre Capitale, ou Immovalor Gestion avec Allianz Pierre


Frédéric Tixier

Corum sera une nouvelle fois sans conteste le gestionnaire de SCPI le plus rentable. Corum Origin et Corum XL, ses deux véhicules phares, annoncent des rendements 2018 de respectivement 7,28% et 7,91%. Contre une performance attendue pour l’ensemble du marché de l’ordre de 4,4%…

Corum va de nouveau truster les premières places des classements SCPI. La jeune société de gestion – elle s’est lancée en 2011 – vient de dévoiler les rendements 2018 de ses deux SCPI, Corum Origin et Corum XL. Et les résultats sont pour le moins décoiffants…

7,91% pour Corum XL

Comme en 2017, la benjamine (Corum XL, lancée en avril 2017) fait mieux que son ainée. Elle affiche un rendement de 7,91% en 2018, contre 6,58% – en annualisé – sur l’exercice précédent. La SCPI, plus ouverte encore à l’international que Corum Origin, est allée chercher une partie de cette performance exceptionnelle au Royaume-Uni, qui représentait 59% de son portefeuille fin 2018. Pour le président de Corum, Frédéric Puzin, le pays offre actuellement une forte capacité de rebond. Pour lui, l’effet Brexit a déjà été anticipé par les investisseurs, et l’on peut donc « considérer que le prix de l’immobilier et le cours de la livre sont aujourd’hui en bas de cycle », écrit-il dans son dernier éditorial. En tout cas, les résultats sont là. Corum XL aura versé l’an dernier – sous forme d’acomptes mensuels – un dividende de 14,85 € par part (7,91% de rendement DVM, donc), et ses associés auront en outre bénéficié d’une revalorisation du prix de la part de 1,02% en avril dernier. Et pour 2019, la société de gestion annonce déjà un dividende prévisionnel de 9,45 €…

Et 7,28% pour Corum Origin

Côté Corum Origin, la SCPI « historique » de Corum lancée en 2012, la performance est tout aussi impressionnante. A 7,28%, elle atteint un sommet jamais franchi auparavant, en dépit des excellents résultats affichés les années précédentes. Elle est d’ailleurs reconnue comme exceptionnelle – et à priori non reproductible en 2019 – par la société de gestion. Sur les 7,28% de rendement, 6,83% sont en effet issus des loyers payés par les locataires, 0,10% d’une plus-value réalisée sur la vente d’un immeuble, et 0,35% des résultats non distribués les années précédentes. Or, cette réserve de résultat est désormais vide : Corum a en effet décidé, début 2018, de ne plus alimenter le « report à nouveau » et de distribuer l’intégralité des résultats de l’année aux associés, afin notamment que ceux-ci soient imposés « sur les revenus qu’ils ont effectivement perçus »¹. Le dividende 2018 ressort à 77,68 € par part (7,28% de rendement), sachant que là aussi, les porteurs de parts de Corum Origin, auront eux aussi bénéficié d’une revalorisation du prix de leur part (+1,42%) en juin dernier. Pour 2019, la SCPI annonce un dividende prévisionnel de 64,5 €.

Une collecte annuelle de 533 M€

La délivrance de tels résultats s’est en outre réalisée dans un contexte de forte collecte. Corum Origin a engrangé 346 M€ de souscriptions nettes l’an dernier et Corum XL 187 M€, soit une collecte globale de 533 M€. La première a multiplié ses encours par 1,3, la seconde par 5… Corum, qui affiche aujourd’hui une capitalisation de plus de 2 Md€, a toutefois l’intention de limiter, comme l’an dernier, le flux des souscriptions sur Corum Origin (à 350 M€) afin de tenir son objectif de rendement annuel 2019 : 6%.

Frédéric Tixier


A propos de Corum(i)

CORUM est une société de gestion, filiale du groupe BUTLER CORUM, spécialisée dans l’épargne immobilière et le crédit aux entreprises. CORUM commercialise trois produits d’épargne : CORUM Origin, la SCPI de référence, investie dans 12 pays de la zone euro ; CORUM XL, première SCPI à être investie en zone euro et au-delà ; et CORUM Eco, un fonds qui finance les projets de développement de grandes entreprises européennes. BUTLER CORUM est implanté à Paris, Amsterdam, Vienne, Londres, Dublin, Lisbonne et Singapour. Le groupe gère plus de 2,5 milliards d’euros d’actifs.

CORUM Origin et CORUM XL sont gérées par CORUM Asset Management, société de gestion de portefeuille indépendante, agréée par l’AMF sous le numéro GP-11000012 le 14 avril 2011. Les encours sous gestion de CORUM Asset Management sont de 2 milliards d’euros au 15 janvier 2019. 

(i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société

[1]La SCPI est une société fiscalement transparente. Chaque associé est donc personnellement redevable de l’impôt sur la part des bénéfices qui lui revient, en fonction de sa quote-part dans la société, que ces bénéfices lui aient été distribués ou mis en réserve.

La SCPI Corum XL, dernière-née de la gamme gérée par Corum AM, qui arrivait en tête des classements l’an dernier avec un rendement de 6,58%, prévoit de faire encore mieux cette année. Résolument européenne, elle vient d’ajouter un 2pays hors zone euro à son portefeuille.

La dernière-née de la gamme Corum AM, lancée en avril 2017, poursuit son développement avec célérité. Fin septembre, sa capitalisation dépassait déjà les 166 M€ et son patrimoine, à vocation internationale, était réparti sur 7 pays européens, dont deux hors zone euro.

Encore 32,1 M€ d’investissements au 3trimestre

Corum XL, qui avait procédé à 3 acquisitions au 2trimestre, pour un total de près de 55 M€, a en effet encore ajouté deux nouveaux actifs à son portefeuille en septembre dernier. La SCPI s’est portée acquéreur d’une zone d’activité commerciale à Coalville, près de Leicester, pour un montant de 11,8 M€. C’est le 3investissement réalisé par Corum XL au Royaume-Uni, pays qui représentait de ce fait 53% de son patrimoine à la fin du 3trimestre. La SCPI a également ajouté un nouveau pays hors zone euro à son portefeuille, la Pologne, en procédant à l’acquisition d’un magasin de bricolage sous enseigne Bricorama à Poznan (la 5ville de Pologne), pour 20,3 M€. Ces deux opérations génèrent des taux de rendement à l’acquisition de respectivement 6,95% et 6,52%.

Une croissance exponentielle au service du rendement

Des rentabilités quelque peu inférieures à celles des acquisitions précédentes (jusqu’à 8,69% sur le premier achat irlandais), mais qui n’empêchentpas la société de gestion de la SCPI d’anticiper un taux de distribution sur 2018 de plus de… 7,5%. Frédéric Puzin, le président de Corum AM, avait annoncé dès le 1er trimestre « de très belles perspectives sur le plan du rendement ». Dans son dernier éditorial, il explique comment « une telle performance peut être réalisée sur un placement en 2018 », surtout dans le contexte spécifique de Corum XL, en phase d’hypercroissance de sa collecte (+500% entre 2017 et 2018, selon la société de gestion). Frédéric Puzin reconnaît d’ailleurs que forte progression des encours ne rime généralement pas avec rentabilité. « L’afflux d’argent a toujours été pour les SCPI, à l’exception de Corum Origin, la grande sœur d’XL, un poison qui a étouffé le rendement », écrit-il.

Rendement au-delà de l’objectif

« Cette manne peut, à l’inverse, être utilisée comme un puissant fertilisant, si l’afflux d’argent apporté par les épargnants est méticuleusement anticipé et investi dans d’excellentes conditions », poursuit Frédéric Puzin, expliquant que Corum XL a effectivement bénéficié de ces conditions « uniques », en raison notamment de son large champs d’investissement, tant sectoriel que géographique, qui lui a ouvert « le choix de nombreuses opportunités ». Corum XL devait donc terminer sa seconde année d’existence avec un rendement encore supérieur à l’objectif affiché (5%). Rappelons que la SCPI, qui pratique une distribution mensuelle des dividendes, a déjà versé 11,7 € au titre des 9 premiers mois de l’année (dont 1,8 € d’impôt étranger prélevé à la source sur les loyers). Elle anticipe donc un total de distribution annuelle de 14 €. Les souscripteurs « historiques » de Corum XL ont en outre déjà bénéficié d’une revalorisation du prix de la part intervenue en avril dernier, celui-ci étant passé de 185 € à 189 € (soit une progression de 2,16%).

Frédéric Tixier


A propos de Corum Asset Management(i)

Corum Origin et Corum XL sont des SCPI gérées par Corum Asset Management, société de gestion indépendante créée en 2011. Corum Asset Management gère un parc immobilier de plus de 1,2 milliard d’euros. Corum Asset Management réunit une équipe de professionnels pluridisciplinaires, dont la connaissance des marchés immobiliers, et au-delà, la pratique du monde de l’entreprise et de l’économie réelle, permettent d’avoir une approche de l’investissement immobilier pragmatique, novatrice et indépendante des consensus convenus. C’est notamment cette indépendance d’esprit qui permet à Corum de tenir ses objectifs de distribution (non garanti).

(i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société