Articles

A 542 M€ sur le 1er trimestre 2019, la collecte des OPCI progresse de 18% par rapport à celle du 1er trimestre 2018. Un rebond, certes, mais moins impressionnant que celui des SCPI. C’est AXA Reim qui se place cette fois en tête du palmarès trimestriel des sociétés de gestion les plus collectrices en OPCI.

Les véhicules non cotés de la pierre-papier ont de nouveau clairement le vent en poupe. Au fort rebond de la collecte des SCPI constaté par l’IEIF et l’ASPIM (voir « Collecte des SCPI au 1er trimestre :+79% ») s’ajoute celui – moins puissant – de la collecte des OPCI grand public. Ces derniers enregistrent sur le 1er trimestre 2019 un niveau de souscriptions nettes de 542,5 M€, soit 18% de mieux qu’au 1er trimestre 2018.

+18% par rapport au 1er trimestre 2018

Une reprise encourageante, mais qui laisse encore les OPCI très loin des niveaux de collecte exceptionnels enregistrés en 2016 (3 995 M€ au total, dont 970 M€ sur le 1er trimestre) et surtout en 2017 (3 982 M€ au total, dont 1 432 M€ sur le 1er trimestre). Ces véhicules, essentiellement distribués via des contrats d’assurance-vie – et souvent en remplacement des traditionnels fonds en euros – ont il est vrai accusé l’an dernier une performance décevante, en raison du repli des marchés actions intervenu en fin d’exercice : 0,8%, en moyenne, contre près de 4% en 2017 (voir « Les performances annuelles des OPCI »). Sur un an glissant, leur performance moyenne est désormais plus significative (2,9% à fin mars 2019, selon l’indice IEIF OPCI Grand Public Mensuel), mais reste inférieure à celle de la même période un an auparavant (3,7% entre mars 2017 et mars 2018).


Le palmarès des sociétés de gestion les plus collectrices en OPCI

Le niveau des souscriptions dépend également en partie de la volonté des réseaux distributeurs – en accord avec les gestionnaires – à promouvoir ce type de véhicules. A cet exercice, depuis plusieurs années, Amundi Immobilier et ses banques partenaires (Crédit Agricole, Société Générale, Crédit du Nord), étaient imbattables (voir notamment « Amundi Immobilier: une année à 3 Md€ »). Amundi Immobilier est, au 1er trimestre 2019, devancée par un autre poids lourd de la gestion d’OPCI : AXA Reim. La société de gestion de l’assureur se place en 1ère position du palmarès trimestriel, avec une collecte nette globale de près de 170 M€, contre un peu plus de 137 M€ pour les OPCI d’Amundi Immobilier. Notons également la montée en puissance de BNP Paribas REIM France, dont l’OPCI Diversipierre, meilleur performeur du marché en 2017, affiche une collecte en hausse de plus de 1 600 % par rapport au 1er trimestre 2018…


Le palmarès des OPCI ayant le plus collecté

Au chapitre des OPCI ayant le plus collecté sur le 1er trimestre de l’année, on retrouve néanmoins à la 1ère place le produit phare d’Amundi Immobilier, Opcimmo, en dépit d’un repli de 56% de sa collecte par rapport au 1er trimestre 2018. Ce dernier reste, sans conteste, le plus important OPCI du marché en termes de capitalisation (7,77 Md€ fin mars 2019). En deuxième position, c’est AXA Selectiv’Immoservice, le second OPCI lancé en 2016 par AXA Reim, qui s’impose, avec une collecte en très forte progression sur un an glissant (l’OPCI avait enregistré une collecte négative au 1er trimestre 2018). Parmi les plus forts rebonds (en pourcentage), signalons aussi les performances commerciales enregistrées par LFP Opsis Patrimoine à la Française REIM (+943%), Silver Génération chez A Plus Finance (+508%), ou Swisslife Dynapierre chez Swiss Life Asset Managers France (+320%)…

Frédéric Tixier


A propos de l’IEIF

Créé en 1986, l’IEIF est un centre d’études, de recherche et de prospective indépendant spécialisé en immobilier. Son objectif est de soutenir les acteurs de l’immobilier et de l’investissement dans leur activité et leur réflexion stratégique, en leur proposant des études, notes d’analyses, synthèses et clubs de réflexion. L’approche de l’IEIF intègre l’immobilier à la fois dans l’économie et dans l’allocation d’actifs. Elle est transversale, l’IEIF suivant à la fois les marchés (immobilier d’entreprise, logement) et les fonds immobiliers (cotés : SIIC, REIT ; non cotés : SCPI, OPCI, autres FIA).

L’IEIF compte aujourd’hui plus de 120 sociétés membres (2/3 d’investisseurs, 1/3 d’autres acteurs : promoteurs, banques, experts immobiliers, conseils en immobilier, etc.). Le patrimoine immobilier des membres investisseurs représente une valeur globale de près de 300 milliards d’euros. L’IEIF s’appuie sur une équipe de 20 personnes issues à la fois des mondes de la finance et de l’immobilier, dont 6 chercheurs associés. Il dispose de nombreuses bases de données économiques, financières et immobilières, dont certaines ont plus de 30 ans d’historique.

A propos de l’ASPIM

L’Association française des sociétés de placement immobilier (ASPIM) promeut, représente et défend les intérêts de ses adhérents, les gestionnaires de fonds d’investissement alternatif (FIA) en immobilier (SCPI, OPCI et autres FIA « par objet »). Créée en 1975, l’ASPIM est une association à but non lucratif qui réunit tous les acteurs du métier de la gestion des fonds immobiliers non cotés. Au 31 décembre 2018, les fonds d’investissement alternatifs (FIA) en immobilier (SCPI, OPCI, OPPCI et autres FIA) ont une capitalisation globale supérieure à 177 milliards €.

Après avoir procédé en juin dernier à la clôture d’A Plus Génération, son premier OPCI dédié aux résidences services pour senior, A Plus Finance lance un nouveau millésime sur la même stratégie, A Plus Génération 2.

Trois ans après avoir lancé le premier OPCI dédié aux résidences de services pour senior non médicalisées, A Plus Finance récidive. Quelques mois à peine après la clôture d’A Plus Génération, il annonce la création de la « V2 », A Plus Génération 2.

100 M€ collecté et 7% de rendement annuel pour A Plus Génération 1 – A Plus Génération 1, lancé en 2012, a été clôturé le 11 juin 2015, fort d’un actif de 100 M€ apporté par plus d’une dizaine d’investisseurs institutionnels. Investi à cette date à plus de 80%, il détenait six résidences réparties sur l’ensemble du territoire français. Stratégie affichée : créer une valeur patrimoniale en investissant à des prix inférieurs au marché du logement neuf, tout en dégageant un potentiel de rendement sécurisé grâce à la signature de baux commerciaux fermes de plus de 11 ans. Selon A Plus Finance, A Plus Génération 1 fait déjà état « d’une croissance cumulée de valeur et de distribution de plus de 7% annuel depuis sa création ».

Normes ISR – La stratégie d’A Plus Génération 2 sera en tout point calquée sur celle du fonds précédent. Comme ce dernier, tous les immeubles acquis bénéficieront d’une certification environnementale (HQE Haute Qualité Environnementale), THPE (Très Haute Performance Energétique) ou BBC (Bâtiment Basse Consommation). Ils répondront en outre aux normes ISR. Son objectif de rendement est un peu plus ambitieux que le fonds précédent : A Plus Finance annonce un TRI de 6% à 9% (contre de 6% à 8% pour A Plus Génération 1), et la distribution de dividendes dès la 1ere année. Un surcroît de performance potentiel que l’on peut en partie sans doute expliquer par le statut juridique adopté par Génération 2, celui d’OPPCI.

OPPCI, nouvelle dénomination des OPCI à règles de fonctionnement allégées

  • Rappelons que les OPPCI sont, depuis 2013, la nouvelle dénomination des OPCI RFA EL
  • OPCI à Règles de Fonctionnement Allégées avec Effet de Levier-. A la différence des OPCI Grand Public, ou des anciens OPCI RFA SEL (Sans Effet de Levier), la forme juridique sous laquelle fut émis A Plus Génération 1, les OPPCI sont autorisés à déroger à certains ratios en matière notamment de liquidités et, plus significativement encore de capacités d’emprunts. L’endettement en effet peut représenter jusqu’à près de 100% de l’actif immobilier alors qu’il est limité à 40% seulement pour les OPCI (limite de risque qui s’imposait également aux anciens RFA SEL). Les OPPCI sont destinés aux investisseurs professionnels.

A propos d’A Plus Finance(i)
Depuis plus de 17 ans, A Plus Finance investit dans l’économie réelle à travers des actifs principalement non cotés. Les pôles d’expertise développés au sein de la société de gestion sont centrés sur l’Innovation, le Capital Transmission, l’Immobilier, le Financement du Cinéma et les Fonds de Fonds. Chaque activité dispose d’une équipe propre et propose des véhicules d’investissement tant aux particuliers qu’aux institutionnels. Au 31 décembre 2014, les actifs sous gestion ou conseillés s’élèvent à 600M€ dont près d’un quart pour le compte d’institutionnels.
(i)Cette information est extraite d’un document officiel de la société