Les SCPI de rendement et les SCPI fiscales

Là, nous sommes dans l’anachronisme ; cette distinction n’existe plus théoriquement depuis 2010, même si on la trouve encore dans de nombreux documents et sur de nombreux sites internet.

Explication. Les SCPI se sont d’elles-mêmes dirigées vers l’immobilier d’entreprise (bureaux, commerces, entrepôts, etc.) plus rentable que le logement. Parallèlement, au fur et à mesure des avantages fiscaux destinés à encourager l’investissement en logement, des SCPI ont été créées pour offrir ce type d’investissement dans le cadre du système SCPI, donc avec mutualisation et tranquillité de gestion. Mais on sait bien que le rendement (loyer/prix) apporté par le logement est bien plus faible que celui apporté par l’immobilier d’entreprise. De là est née la distinction assez évidente entre les SCPI « de rendement » et les SCPI « fiscales ».

Mais, en 2010, l’AMF (Autorité des Marchés Financiers, l’organisme chargé de contrôler les SCPI) a interdit que la notion de rendement soit mise en avant, de peur, à tort ou à raison, que l’enthousiasme de certains commerciaux ne donne une image déformée du placement.

En réponse à cette interdiction, l’IEIF (centre de recherche de place qui, notamment, assure la centralisation et la diffusion des statistiques sur les SCPI) a défini une typologie des SCPI qui correspond à leurs investissements, de façon à rendre l’information utile pour les investisseurs. La nouvelle classification comprend donc les SCPI immobilier d’entreprise et lesSCPI logement.

Parmi les SCPI immobilier d’entreprise on trouve alors les SCPI bureaux, commerce et logistique (celles-ci contiennent pour au moins 70% le type d’immeubles qui leur donnent leurs noms) puis les diversifiées (aucune catégorie ne dépasse 70%) puis les spécialisées (au moins 70% d’un type d’immeubles particuliers : hôtels, cliniques, résidences médicalisées, etc. etc.). De l’autre côté, la quasi-totalité des SCPI logement correspondent à une fiscalité particulière.

Cette classification des SCPI est plus naturelle, plus fidèle à la réalité économique du placement. C’est la classification désormais en vigueur

Mais, par une ironie de la réalité qui aime à se venger des rigueurs administratives, la distinction entre les « SCPI immobilier d’entreprise » et les « SCPI logement » se superpose de façon pratiquement parfaite avec l’ancienne carte des « SCPI de rendement » et des « SCPI fiscales ».

Dans la pratique pierrepapier.fr parlera soit de SCPI immobilier d’entreprise, soit de SCPI « rendement », les guillemets servant à  rappeler que c’est une façon de parler, mais que ce n’est pas l’appellation contrôlée.

Lire aussi : Le rendement des SCPI : qu’est-ce que le DVM ?