Toutes les parties prenantes doivent être en adéquation…

Entretien avec Sophie BLEYNAT – Financea Capital

28 septembre 2018

Pierre papier – Qu’est-ce qui vous passionne le plus dans votre métier ?

Sophie Bleynat – Je dirais l’humain. On a un métier qui nous amène à rencontrer des gens très différents, qui ont des histoires personnelles variées et, effectivement, à chaque nouveau dossier, et à chaque nouvelle entrée en relation, on doit découvrir une personne, rentrer dans une famille et vivre avec eux une histoire certes patrimoniale, mais aussi et avant tout humaine.

Pierre papier – Comment voyez-vous votre rôle auprès de vos clients ?

Sophie Bleynat – Notre rôle, c’est d’abord d’être à l’écoute de leur besoins, de leur contraintes, de l’environnement familial. Nous devons les auditer, les accompagner, trouver des solutions adaptées et qui tiennent compte de tous ces éléments. Il arrive que l’on ait une solution « sur le papier » qui soit idéale, mais que l’on ne va pas forcément mettre en œuvre, parce que nous sentons que la famille de notre client, ses enfants par exemple, auront du mal à l’accepter. Notre rôle est de nous adapter, de ne pas oublier que nos clients ne sont pas nécessairement des fins connaisseurs de la finance. On doit rendre les choses intelligibles. Beaucoup de monde, dans notre métier, ont tendance à l’oublier…

Pierre papier – Le plus important, pour être un bon CGP, c’est donc d’être à l’écoute et de proposer des solutions adaptées …

Sophie Bleynat – Adaptées, assurément, avec l’objectif d’arriver, avec un peu de pédagogie et de psychologie, à faire adhérer la famille à la solution proposée. Toutes les parties prenantes doivent être en adéquation.

Propos recueillis par Hélène Sérignac