L’humain, c’est avant la technique…

Entretien avec Patrick TORRECILLOS, associé, Calista Patrimoine

28 septembre 2018

Pierre Papier – Rappelez -nous qui est Calista Patrimoine…

Patrick Torrecillos – Calista Patrimoine est un cabinet de conseil en gestion de patrimoine qui regroupe 3 associés, plus une autre structure de portage salarial, Patrimo Portage, laquelle héberge des consultants en transformant leur chiffre d’affaire en salaire.

Pierre Papier – Qu’est ce qui vous passionne le plus dans votre métier ?

Patrick Torrecillos – C’est tout d’abord l’indépendance d’action. C’est également la diversité des rencontres avec les différents publics (employé, cadre moyen, cadre supérieur, voir plus haut encore…), et c’est également la diversité des solutions que l’on peut leur proposer. On a l’impression, effectivement, d’apporter un vrai savoir-faire et d’avoir une vraie utilité dans la conception de leur patrimoine et l’optimisation de leur fiscalité.

Pierre Papier – Que pensez-vous de la culture patrimoniale des Français ?

Patrick Torrecillos – Aujourd’hui, la culture économique et financière du Français « moyen » est très éloignée de ce que l’on serait en droit d’attendre. Son jugement est aussi bien souvent « dévoyé » par des lectures, sur le net en particulier, qui donnent beaucoup d’informations, mais des informations pas très explicites pour la plupart. Ces informations peuvent devenir de la désinformation, ou, en tout cas, conduire des gens à penser qu’ils savent tout grâce au net. Ce qui n’est pas forcément le cas, pas du tout même…

Pierre Papier – Que conseillez-vous à ces personnes qui se renseignent sur internet, et qui n’ont pas forcément les bonnes sources d’information ?

Patrick Torrecillos – Et bien, déjà, de trouver un conseiller en gestion de patrimoine avec lequel ils seront en confiance, sur le plan humain. C’est très important, l’humain, c’est avant la technique. Et qu’elles se fassent accompagner dans leur processus patrimonial et fiscal, sur la durée, et par une personne, qui est mieux, bien mieux qu’un écran…

Propos recueillis par Hélène Serignac