Les solutions de placement sont également plus complexes qu’auparavant…

Entretien avec Henry MASDEVALL – Actualis

28 septembre 2018

Pierre Papier – Quelles sont les principales évolutions qui ont marqué la profession des CGP ces dernières années ?

Henry Masdevall – Je crois que ce métier, depuis qu’il existe, a connu beaucoup de mutations. Elles se sont accélérées ces dernières années, notamment en termes d’offres, d’innovations, de services, mais également en matière de réglementation. Beaucoup d’évolutions réglementaires, c’est un inconvénient en termes de lourdeurs administratives. En revanche, cela permet de mieux « statufier » notre métier, et d’en favoriser la reconnaissance à la fois auprès des instances règlementaires et de nos clients.

Pierre Papier – Est-il si difficile, aujourd’hui, de placer son argent ?

Henry Masdevall – Je crois que c’est plus difficile qu’auparavant. Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui les économies sont en interaction, les marchés sont en interconnexion, et cela va très vite. Les solutions de placement sont également plus complexes qu’auparavant. Coté investissements, par exemple, il y avait les fonds en euros qui étaient un gage de sécurité, mais dont les rendements diminuent. Il faut donc aller chercher de la performance… Les clients que nous rencontrons, notre objectif est bien entendu d’essayer de leur apporter une valeur ajoutée. Et donc la recherche de solutions pérennes dans une économie mouvante…

Propos recueillis par Hélène Serignac