Un marché de bureaux à deux vitesses en Ile-de-France, selon Jones Lang LaSalle

Pierrepapier.fr/actualité/ bureaux

Le marché locatif de bureaux est reparti en Ile-de-France en 2010, estiment les experts de Jones Lang LaSalle, conseil en immobilier d’entreprise, qui estiment la progression à 15 % en volume. Au total, plus de 2,1 millions de m² auront trouvé preneur, soit un niveau comparable à celui de 2005. Les transactions de grande taille ont progressé : 73 transactions de plus de 5.000 m² ont été signées contre 55 en 2009 ; ce segment de surface demeure prépondérant.

Paris intra muros est la zone qui a le plus profité de ce regain du vigueur du marché, avec une progression de 53 % du volume commercialisé. Là encore l’activité a été particulièrement soutenue pour les surfaces supérieures à 5.000m² et les locaux de première main, neufs ou restructurés. A La Défense, les chiffres sont encore en baisse, mais les transactions enregistrées au quatrième trimestre ont permis de combler une partie du retard. En première couronne, les résultats sont moins satisfaisants, à l’exception du Nord (Clichy, Saint-Ouen, Saint-Denis, etc.)

Si les loyers se sont stabilisés pour les bureaux « prime » du quartier central des affaires à Paris, « le loyer moyen de seconde main est lui en baisse régulière depuis un an compte tenu d’un stock d’offre de moindre qualité toujours prégnant sur le marché ». Sur ce point, on peut remarquer que toutes les analyses convergent. Ainsi que le résument les experts de Jones Lang LaSalle, « dans l’ensemble, le schéma d’un marché de l’offre à deux vitesses est toujours vrai. L’offre neuve, aisément commercialisable, trouve rapidement preneur, tandis que l’offre de seconde main peine davantage à s’écouler. Elle représente à ce jour 72 % du stock vacant contre 69 % en 2009 ».

Les perspectives 2011

Si l’année 2010 a été celle de la reprise du marché de l’immobilier d’entreprise, il serait imprudent de crier victoire du fait de la faiblesse annoncée de la croissance et de l’emploi. Les tendances qui se sont dégagées en 2010 devraient toutefois se poursuivre. Mais, bien que l’offre neuve soit réduite, le stock d’offre immédiate ne devrait pas connaître de résorption majeure. Et le marché devrait rester à deux vitesses : « la baisse des loyers de seconde main devrait se poursuivre sur certains marchés et les mesures d’accompagnement consenties ne devraient pas fléchir. En revanche, pour les immeubles neufs de grand gabarit, extrêmement bien situés, les valeurs locatives devraient se maintenir ». Pour les gérants de sociétés foncières, des choix stratégiques difficiles seront encore à effectuer.

Pierrepapier.fr/actualité/bureaux