SIIC de Paris rénove ses actifs

Pierrepapier.fr/actualité/SIIC

SIIC de Paris, filiale du groupe espagnol Realia, a enregistré un retrait de 5 % de ses revenus locatifs nets en 2010 : si les revenus bruts sont restés stables, une hausse des charges  locatives non récupérables et un litige avec un client ont entraîné ce recul. En revanche, la hausse de la valeur du patrimoine permet une reprise de provisions sur actifs et conduit à une hausse de 97 % du résultat opérationnel net, à 40,49 millions. A cela s’ajoute la baisse du coût de l’endettement, qui  permet une hausse du résultat net consolidé après impôt à 11,76  millions, malgré l’impact négatif de l’impôt et de l’exit tax. Le cash-flow récurrent consolidé est en hausse, mais, compte tenu de l’augmentation du capital, il est en repli de 27 % si on le calcule par action, à 0,80 €

Le patrimoine immobilier est évalué en nette hausse, à 1.428 millions, du fait notamment de la prise en compte des actifs apportés par Société Foncière Lyonnaise. Du fait de l’augmentation de capital, l’actif net réévalué de liquidation par action est en recul à 19,99 €, mais le taux d’endettement chute de 43,5 % à 34,8 %.

Du fait de la suspension temporaire du régime SIIC en 2010, la société n’a pas d’obligation de distribution de dividende au titre de cet exercice. Elle se contente de distribuer le solde de ce qui est dû au titre de l’exercice 2009, soit 0,04 € par action. Le conseil d’administration a en effet considéré « qu’étant donné les forts investissements à réaliser sur l’exercice 2011 en matière de travaux, il n’était pas souhaitable de risquer d’obérer le cash-flow courant de la société ».

Malgré un recul à  17,50 €, le cours de l’action SIIC de Paris restait le 25 février en légère  hausse  de 1,4 % depuis le début de l’année et de près de 4 % sur un an. Sa filiale SIIC de Paris 8ème, à 11,24 €, était en hausse de 3,6 % depuis le début de l’année, mais restait en recul de 10,8 % sur un an.

Pierrepapier.fr/actualité/SIIC