Avec Le Comptoir CPR Amundi impose son leadership dans les SCPI distribuées aux CGPI

pierrepapier-img_1118Créé il y a tout juste un an, à la veille du salon Patrimonia, « Le comptoir par CPR », l’offre dédiée du groupe Amundi à destination des conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI) a gagné son pari. Alors que les professionnels de la gestion indépendants sont devenus un canal incontournable dans la distribution des SCPI auprès des particuliers, avec une part de marché de près de 50 %, et ont concouru à la collecte record de ces dernières années pour ces fonds immobiliers, « Le comptoir par CPR » a raflé la mise grâce aux SCPI Edissimmo et Rivoli Avenir Patrimoine qui constituent l’essentiel de son offre en la matière. Ces deux dernières avaient d’ailleurs des atouts puisque Rivoli Avenir Patrimoine, dont plus de la moitié du patrimoine compte des immeubles de bureaux parisiens, a affiché en 2011 un rendement de 5,78 % et une progression du prix de ses parts de 10,7 % (TRI de 9,68 % sur 5 ans) avant de fusionner avec Slivimo et Lion SCPI pour offrir aujourd’hui un véhicule d’une capitalisation de 900 millions d’euros. A ses côtés Edissimmo, navire amiral de la flotte d’Amundi Immobilier, dispose d’une capitalisation de 1,3 milliard d’euros. Spécialisée, elle aussi, dans les bureaux, avec une plus grande diversité géographique, Edissimmo a pu servir un rendement de 5,99 % l’an dernier et le rajeunissement opéré sur son patrimoine au cours des dernières années lui permet d’affronter sereinement l’avenir après que le prix de ses parts se soit replié de 3,41 % en 2011 (TRI de 4,04 % sur 5 ans).

Avec ces SCPI, « Le comptoir par CPR », a largement compensé les retraits intervenus sur les OPCVM investis en actions et obligations (particulièrement sur Amundi Obligations Internationales) dans un contexte d’aversion au risque toujours très marqué. A la fin septembre, la structure de CPR AM dédiée aux CGPI est parvenue à une collecte nette de 110 millions d’euros en 9 mois (165 millions en deux ans). Ce sont des montants considérables si on les compare aux 450 millions de collecte nette des FDC et SCPI via les CGPI selon les estimations du comptoir assises notamment sur les données des assureurs, de l‘IEIF et qui font état de 600 millions de collecte sur les SCPI par ces professionnels et de 150 millions de décollecte sur les OPCVM. Pourtant, Jean-Eric Mercier directeur général de CPR AM, se refuse à considérer qu’il a déjà pérennisé son objectif de 10 % de parts de marché sur la collecte des CGPI en pointant le fait que 2012 est atypique en raison de la forte décollecte cette année du côté des OPCVM. Pour consolider sa place, et même assurer sa croissance, « Le comptoir par CPR » sait déjà qu’il peut compter sur l’OPCI grand public OPCIMMO, un produit innovant qui mixte le risque immobilier et celui des marchés financiers tout en assurant une bonne liquidité à ses souscripteurs. Sur ce terrain, Amundi a pris beaucoup d’avance sur ces concurrents avec un encours de 130 millions d’euros, malgré une part minime de souscriptions venant des CGPI, car ce produit n’en est qu’au début de son référencement par les assureurs-vie.

Sans négliger les SCPI, Nicolas Simon, directeur général d’Amundi Immobilier, fonde de gros espoirs sur son OPCI grand public. Il entend collecter près de 400 millions d’euros en 2012, en forte croissance sur les 278,4 millions de collecte nette de 2011 et parvenir à un encours sous gestion de 7,5 milliards d’euros le 31 décembre prochain (contre 6,7 milliards à la fin 2011). Amundi Immobilier ne s’arrêtera pas là puisque son objectif est de 11,8 milliards d’euros à la fin 2014. Ce qui constitue plus qu’un doublement en quatre ans.

pierrepapier.fr